Manifestation tendue à Hong Kong

le
0

(Actualisé, appel au blocus du quartier d'affaires, § 3) HONG KONG, 27 septembre (Reuters) - Des dizaines de milliers de personnes se sont massées samedi soir dans le centre de Hong Kong pour réclamer davantage de démocratie dans l'ancienne colonie britannique. Ce rassemblement fait suite à la dispersion musclée de centaines d'étudiants qui avaient réussi à pénétrer vendredi soir dans le périmètre du siège du gouvernement local pour dénoncer l'emprise de plus en plus marquée de Pékin sur l'ancienne colonie britannique. Le dirigeant du mouvement de protestation, l'universitaire Benny Tai, a annoncé dimanche matin le début du blocus du quartier d'affaires. Des heurts entre la police et les jeunes manifestants, samedi en début de journée, ont fait une trentaine de blessés légers et les forces de l'ordre ont procédé à plus de 60 interpellations. Dans la soirée, des sympathisants du mouvement pro-démocrate sont descendus à leur tour dans les rues pour exprimer leur soutien. "L'action de la police a été disproportionnée face aux actions légitimes des étudiants et cela doit être condamné", a déclaré Benny Tai, chef de file du mouvement "Occupy Central" qui dénonce depuis des mois la politique hongkongaise du pouvoir chinois et prône la désobéissance civile. Pékin a rejeté le mois dernier les demandes d'élection du prochain dirigeant hongkongais au suffrage universel direct, en 2017, et a affiché son intention de limiter les candidatures aux personnalités qui lui sont favorables, faisant craindre aux habitants de la ville la perte de leur statut spécial. L'intervention policière de samedi matin et la mobilisation dans la soirée accroissent la tension avant un sit-in géant programmé par le mouvement pro-démocratie le 1er octobre pour peser sur l'avenir de à Hong Kong, qui bénéficie depuis sa rétrocession à la Chine en 1997 d'une certaine autonomie et de plus grandes libertés dans le cadre du principe "Un pays, deux systèmes". Vendredi soir, des centaines d'étudiants avaient réussi à forcer un cordon établi par la police aux abords du siège du gouvernement, avant d'en être évacués un par un samedi par les forces de l'ordre. (James Pomfret et Yimou Lee; Nicolas Delame, Tangi Salaün, Henri-Pierre André et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant