Manifestation kurde pour la libération d'Öcalan à Strasbourg

le
1

STRASBOURG (Reuters) - Plus d'un millier de Kurdes ont manifesté mercredi à Strasbourg devant le Conseil de l'Europe pour demander la libération d'Abdullah Öcalan, ancien chef du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui purge une peine de prison à vie en Turquie.

Quinze d'entre eux observent une grève de la faim depuis le 1er mars à Strasbourg pour alerter la communauté internationale sur "la situation alarmante du peuple kurde" et l'isolement selon eux imposé à Abdullah Öcalan sur son île-prison d'Imrali.

Le prisonnier n'aurait plus de visites de sa famille depuis huit mois ni accès à ses avocats, incarcérés dans le cadre d'enquêtes antiterroristes, a déclaré à Reuters Yurtseven Tekiner, la porte-parole de la communauté kurde de Strasbourg.

Sur leurs panonceaux, des manifestants dénonçaient un "génocide culturel au Kurdistan", d'autres demandaient au Comité de prévention de la torture (CPT), une instance du Conseil de l'Europe, de rendre visite à Abdullah Öcalan pour vérifier la conformité aux droits de l'homme de ses conditions de détention.

Le CPT s'est refusé à tout commentaire sur un dossier "très sensible, autant humainement que politiquement", selon son secrétaire exécutif adjoint Fabrice Kellens.

Lors de sa dernière visite à Abdullah Öcalan, en janvier 2010, le CPT s'était félicité que cinq autres détenus l'aient rejoint dans sa prison depuis quelques mois, mettant fin à son isolement, dix ans après sa condamnation en 1999 à la réclusion criminelle à perpétuité pour menées terroristes et séparatistes.

Assises sur un trottoir face au Palais de l'Europe, un groupe de femmes en costumes traditionnels exprimaient leur espoir sur une banderole : "Hier Mandela, aujourd'hui Öcalan".

Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le mercredi 4 avr 2012 à 15:04

    JPi - Les parlementaires français pourraient tout faire pour obtenir de meilleures conditions d'enfermement de ce prisonnier.