Manifestation en Jordanie après l'assassinat d'un écrivain

le , mis à jour le
1
 (Au 6e paragraphe, bien lire "le frère de l'écrivain assassiné" 
- actualisé avec Amnesty International § 7-8-9) 
    AMMAN, 27 septembre (Reuters) - Plusieurs centaines de 
manifestants se sont rassemblés lundi près des bureaux du 
Premier ministre jordanien pour demander la démission du 
gouvernement au lendemain de l'assassinat de l'écrivain Nahed 
Hattar. 
    Cet écrivain chrétien connu pour ses positions nationalistes 
radicales a été abattu dimanche par un homme armé alors qu'il se 
rendait au palais de justice d'Amman où il devait comparaître 
pour insulte à la religion.  
    Il avait été arrêté au mois d'août pour avoir publié sur un 
réseau social une caricature montrant un homme barbu installé 
dans un lit au paradis avec des femmes et demandant à Dieu de 
lui apporter du vin et des noix des cajou.   
    "Non à l'extrémisme, non à la violence", "A bas le 
gouvernement", criaient les manifestants qui brandissaient des 
photos de l'écrivain assassiné, connu pour son soutien au 
président syrien Bachar al Assad. 
    Les membres de sa famille accusent le gouvernement jordanien 
de ne pas avoir suffisamment protégé Nahed Hattar après sa 
libération sous caution, et alors même qu'il avait reçu des 
menaces de mort.  
    "Nous demandons à tout le moins la démission du Premier 
ministre", a déclaré à Reuters le frère de l'écrivain assassiné, 
Khaled Hattar.   
    Sur le front de l'enquête, une source proche du dossier a 
rapporté que l'auteur des coups de feu, un ancien prédicateur 
musulman, avait affirmé avoir agi de sa propre initiative. 
    Dans un communiqué publié lundi, l'organisation Amnesty 
International a dénoncé une "attaque déplorable contre la 
liberté d'expression" et demandé à la Jordanie de révoquer les 
lois anti-blasphème. 
    "Les autorités jordaniennes doivent affirmer que les 
agressions contre des gens exprimant pacifiquement leurs 
opinions, même si elles sont impopulaires, ne seront pas 
tolérées", a ajouté Philip Luther, spécialiste du Moyen-Orient 
et de l'Afrique du Nord à Amnesty International. 
 
 (Danielle Rouquié pour le service français, édité par 
Henri-Pierre André) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5503580 il y a 2 mois

    La Jordanie, dernier ilot de paix dans une région livrée à la guerre doit être aidée et protégée.