Manifestation de députés prokurdes dans le sud-est de la Turquie

le
0

(Actualisé avec victimes lors du couvre-feu 4-5) IDIL, Turquie, 10 septembre (Reuters) - Des responsables politiques et des parlementaires prokurdes ont tenté jeudi de participer à une marche dans le sud-est de la Turquie afin de protester contre le couvre-feu imposé dans cette partie du pays. Le chef de file du Parti démocratique des peuples (HDP), Selhattin Demirtas, et plusieurs parlementaires de sa formation ont entamé mercredi une marche de 90 km en direction de la ville de Cizre mais leur convoi a été arrêté par les forces de sécurité. Jeudi, ils ont décidé d'organiser un sit-in sur une colline proche des frontières de la Syrie et de l'Irak alors que le chemin qu'ils prévoyaient d'emprunter était bloqué par des policiers anti-émeute. Le ministre turc de l'Intérieur, Selami Altinok, a indiqué qu'une trentaine de séparatistes kurdes et un civil avaient été tués lors d'affrontements à Cizre où le couvre-feu est en vigueur depuis vendredi. Le HDP a indiqué pour sa part que 21 civils avaient été tués dans cette localité au cours de la semaine écoulée. Le HDP accuse le président Recep Tayyip Erdogan et le Parti de la Justice et du Développement (AKP) au pouvoir d'exacerber les sentiments nationalistes en Turquie avant les élections législatives anticipées prévues le 1er novembre. L'AKP a perdu lors du scrutin du 7 juin la majorité absolue dont il disposait depuis 2002 au parlement. Ne parvenant pas à constituer un gouvernement de coalition, le parti islamo-conservateur d'Erdogan n'a pas eu d'autre choix que de retourner devant les électeurs. Le gouvernement turc a décidé de se lancer fin juillet dans une double offensive, d'une part contre les djihadistes de l'Etat islamique et d'autre part contre les séparatistes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) mettant fin à la trêve qu'observaient les combattants kurdes depuis 2012. Erdogan a de plus multiplié les accusations contre le HDP, l'accusant d'être lié au PKK qui est considéré comme une organisation terroriste. Une demande de levée de l'immunité parlementaire de Demirtas a été déposée. "Il s'agit d'une campagne visant à affaiblir le HDP sur ordre du président", a dit Demirtas. Le HDP avait réussi en juin dernier à franchir pour la première fois de son histoire la barre des 10% des suffrages s'assurant ainsi de représentants au sein du parlement. L'AKP a lui perdu sa majorité absolue, un résultat qui contrarie les plans d'Erdogan qui souhaite obtenir une modification de la Constitution afin de renforcer les pouvoirs du chef de l'Etat. (Gulsen Solaker; Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant