Manifestation contre un "hotspot" sur l'île grecque de Kos

le
1
    ATHENES, 5 février (Reuters) - Des incidents ont éclaté 
vendredi sur l'île grecque de Kos, en mer Egée, entre la police 
et des manifestants qui dénonçaient la construction d'un centre 
d'accueil et d'enregistrement de migrants, a-t-on appris auprès 
de la police. 
    La police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser la 
centaine de personnes qui s'étaient rassemblées à proximité du 
site de ce futur "hotspot". Les manifestants estiment que le 
projet de construction va nuire au tourisme, principale source 
de revenus de l'île. 
    La Grèce, principale voie d'accès vers l'Europe pour les 
migrants, est accusée par ses partenaires de retard dans la 
construction de cinq centres de ce type avec l'appui de l'UE.  
    Ces "hotspots" doivent permettre d'enregistrer les 
demandeurs d'asile à leur arrivée sur le sol européen. Athènes a 
promis que la plupart des centres seraient opérationnels à la 
mi-février mais estime n'avoir obtenu que partiellement le 
soutien qu'elle a demandé à l'UE et souligne que l'afflux de 
migrants dépend largement des autorités turques, d'où ils 
partent pour l'essentiel. 
    Les ministres français et allemand de l'Intérieur, Bernard 
Cazeneuve et Thomas de Maizière, étaient vendredi en déplacement 
à Athènes. 
    "Nous devons trouver des solutions européennes ou tout ce 
que nous avons construit depuis des décennies sera détruit en un 
an", a dit le ministre allemand à l'issue de leur entretien avec 
le Premier ministre grec Alexis Tsipras. 
    "Réduction des flux migratoires, renforcement de (l'agence 
européenne) Frontex (de contrôle aux frontières de l'UE), lutte 
contre la fraude documentaire: il faut aller vite", a indiqué 
pour sa part le ministre français sur son compte Twitter. 
    La crise des réfugiés sera, avec le pré-accord conclu entre 
Bruxelles et Londres pour éviter une sortie du Royaume-Uni, au 
programme des entretiens qu'Angela Merkel et François Hollande 
auront dimanche soir à Strasbourg.       
 
 (Renee Maltezou et Angeliki Koutantou; Henri-Pierre André pour 
le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le vendredi 5 fév 2016 à 18:23

    Ils parlent anglo-saxon!