Manifestation contre le loup : les bergers au pied de la Tour Eiffel

le
0
Manifestation contre le loup : les bergers au pied de la Tour Eiffel
Manifestation contre le loup : les bergers au pied de la Tour Eiffel

Les premières brebis sont arrivées sous la Tour Eiffel. Les bergers d'Auvergne, du Languedoc-Roussillon et de Champagne-Ardennes manifestent à Paris, jeudi, face à la multiplication des attaques de loup contre leurs troupeaux ces dernières semaines. Les éleveurs réclament que davantage de prédateurs soient tués alors que le nombre de brebis attaquées a été multiplié par deux en quatre ans.

La manifestation, qui se déroule à l'appel  de la Fédération nationale ovine (FNO) et de la Fédération nationales des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), doit voir les éleveurs suivre une transhumance symbolique dont le point d'arrivée sera à-- heures devant le ministère de l'Ecologie, boulevard Saint-Germain (VIIe).

Les troupeaux qui regroupent entre 200 et 300 animaux sont partis depuis mardi de Brioude (Haute-Loire) et ont fait étape à Moulins (Allier). «C'est une transhumance symbolique. Nous rassemblons éleveurs de la Haute-Loire, du Cantal, de la Lozère», a expliqué Claude Font, président de la section régionale ovine d'Auvergne. Une trentaine d'éleveurs de moutons et de brebis de Champagne-Ardenne se sont également joints à cette manifestation tout comme une délégation lorraine de la Meuse. Leurs représentants doivent être reçus par Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture.

Les moutons de la FNO débarquent sur le Champs de mars, pour manifester contre le loups pic.twitter.com/ZM7G1dD2Bf-- Mathieu Robert (@MathieuRobert3) 27 Novembre 2014300 brebis rassemblées au Champ de Mars : les #bergers dénoncent les attaques de #loups qui se multiplient @itele pic.twitter.com/6lykpWUMga-- Julien Nény (@JulienNeny) 27 Novembre 2014

Pour les éleveurs, la question du loup est préoccupante. «Se faire dévorer par des loups n'a rien de naturel, on est contre le loup à partir du moment où il s'attaque à notre élevage. Les chiffres sont là, on est pratiquement à 8 000 victimes et 29 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant