Manifestation contre la restriction des libertés en Pologne

le
0
    par Wiktor Szary 
    VARSOVIE, 23 janvier (Reuters) - Plusieurs milliers de 
Polonais ont défilé pacifiquement samedi à Varsovie pour 
protester contre le projet du gouvernement d'accroître ses 
pouvoirs en matière de surveillance, certains disant craindre un 
durcissement à la hongroise. 
    La Commission européenne a lancé la semaine dernière une 
procédure à l'encontre de la Pologne, après le projet de réforme 
de la gouvernance des médias publics et de la Cour 
constitutionnelle adopté par le gouvernement conservateur du 
parti Droit et Justice (PiS), arrivé au pouvoir en novembre. 
  
    La Première ministre polonaise, Beata Szylo, a réfuté mardi 
devant le Parlement européen les critiques suscitées par les 
premières mesures prises par son gouvernement.   
    Agitant des drapeaux de la Pologne et de l'Union européenne, 
les manifestants ont demandé que le PiS retire les changements 
législatifs prévus, qui visent à donner au gouvernement un accès 
plus facile aux données numériques et à assouplir la 
réglementation relative à l'utilisation des techniques de 
surveillance dans les procédures d'application de la loi. 
    "Notre vie privée est menacée; nous pouvons être suivis, 
surveillés à la fois chez nous et sur internet", a lancé aux 
manifestants Mateusz Kijowski, un des organisateurs.  
    Le gouvernement polonais est accusé par ses détracteurs de 
suivre les traces du Premier ministre hongrois Viktor Orban en 
voulant limiter les libertés publiques. 
    Viktor Orban s'est notamment fait remarquer pour sa position 
dure adoptée vis-à-vis des migrants, ligne également suivie par 
le chef de file du PiS, Jaroslaw Kaczynski, qui a pu dire que 
les réfugiés allaient amener de nouvelles maladies et des 
"parasites" en Pologne et en Europe.  
    Des membres de l'opposition hongroise assistaient à la 
manifestation à Varsovie et notamment Balazs Gulyas, qui avait 
organisé en 2014 une grande manifestation conter le projet de 
Viktor Orban de taxer le trafic sur internet, projet par la 
suite abandonné. 
    "Jaroslaw Kaczynski veut suivre Viktor Orban", a déclaré 
Balazs Gulyas, qui s'est adressé aux manifestants en anglais. 
    "Nous, Hongrois, devons vous mettre en garde : quelles que 
soient les promesses de Kaczynski, cette voie mène vers 
l'autocratie, le sous-développement économique, une classe 
moyenne en perte de vitesse et une pauvreté croissante." 
 
 (Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant