Manifestation contre la pollution à Arcachon

le
0
MANIFESTATION CONTRE LA POLLUTION À ARCACHON
MANIFESTATION CONTRE LA POLLUTION À ARCACHON

ARCACHON, Gironde (Reuters) - De 500 à 800 personnes, selon les sources, ont manifesté samedi à Arcachon (Gironde) à la suite d'un appel lancé sur internet pour protester contre la pollution le 5 juillet d'un affluent du Bassin d'Arcachon, après un accident dans l'usine du papetier Smurfit Kappa à Biganos.

Une cuve en service depuis 1970 et contenant 3.500 mètres cubes de "liqueur noire" s'est fissurée, relâchant une grande quantité de liquide hors du bassin de rétention du site et dans le Lacanau, un affluent de la Leyre, unique source d'eau douce du Bassin d'Arcachon.

"Nous demandons que cessent les rejets en mer à la sortie du Bassin d'Arcachon. Et nous exigeons que la sécurité du site soit entièrement revue avant la reprise de l'activité", a déclaré Stéphane Scotto, l'un des organisateurs de la manifestation.

Les manifestants mettent en avant le fait que la nature exacte de la substance qui s'est déversée dans le Lacanau n'est pas connu.

"Chaque fabricant a sa propre recette. Quand on se renseigne sur les produits utilisés par ailleurs dans les mêmes 'process', on découvre du soufre, du cyanure, de l'arsenic, de la soude", dit Michel Daverat, vice-président du Parc naturel des Landes de Gascogne.

"Le problème est qu'on ne connaît pas à ce jour la composition exacte de ce qui a été rejeté", confirme Isabelle Auby, du laboratoire Ifremer d'Arcachon. "On devrait en savoir plus au terme de l'enquête à la mi-août."

Les ostréiculteurs s'inquiètent quant à eux des répercussions possibles pour leurs huîtres, en pleine saison de ponte dans le Bassin d'Arcachon. La section régionale de l'organisation professionnelle a déposé une plainte à Bordeaux contre l'usine.

TABLE RONDE EN AOÛT

Mais Laurent Sellier, directeur du site de Smurfit Kappa de Biganos, estime que l'épisode de pollution est passé.

"Cent mètres cubes ont été déversés dans le Lacanau, ce qui a provoqué la mortalité de poissons. Le lendemain, il n'y avait plus trace de pollution", dit-il, ajoutant "s'interroger sur la volonté de certains de s'en prendre à une entreprise qui emploie 450 salariés et fait travailler la filière bois".

Interrogé sur la composition de la liqueur noire, il précise qu'il s'agit de "matières organiques, autres que la cellulose qui est extraite, et de soude".

Normalement récupérée et brûlée comme combustible dans ce type d'usine, la substance restée stagnante dans l'usine a été fortement diluée. Puis la direction du site a obtenu de la préfecture une autorisation de rediriger les eaux vers le collecteur du Syndicat intercommunal du Bassin d'Arcachon (SIBA), après traitement sur sa station d'épuration.

Le collecteur du SIBA rejette en mer les eaux usées domestiques du Bassin d'Arcachon, après traitement.

Les élus locaux, toutes tendances confondues, se sont vivement opposés à cet arrêté préfectoral. "Nous nous y sommes opposés en vertu du principe de précaution", a expliqué à Reuters Michel Sammarcelli, le maire divers droite de Lège-Cap-Ferret (Gironde), qui est aussi président du SIBA.

"Nous ne savons toujours pas ce que contient cette liqueur noire et nous n'en sommes pas au premier incident", a-t-il ajouté, déplorant ne pas avoir été consulté au sujet de l'arrêté.

Une table ronde est prévue avec les élus locaux en août pour faire le point sur cet accident.

Eric Moreau, édité par Chine Labbé

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant