Manifestation contre l'état d'urgence : « Ce n'est pas tous les jours qu'on touche à notre Constitution »

le
0
A Paris, des citoyens non militants ont manifesté contre l'état d'urgence et la déchéance de nationalité aux côtés des associations et des syndicats.
A Paris, des citoyens non militants ont manifesté contre l'état d'urgence et la déchéance de nationalité aux côtés des associations et des syndicats.

A Paris, des citoyens non militants ont manifesté contre l’état d’urgence et la déchéance de nationalité aux côtés des associations et des syndicats.

Au milieu du long cortège, sous leurs parapluies rouges et noirs, Adrien, 27 ans, et son amie Valentine, 29 ans, semblent un peu perdus. Qu’importe, ils sont là, « c’est tout ce qui compte ». Eux ne font pas partie de l’une des quelque cent organisations − rassemblées au sein de deux collectifs − qui appelaient à manifester, samedi 30 janvier, pour la levée de l’état d’urgence et l’abandon de la réforme constitutionnelle visant à étendre la déchéance de nationalité. Mais ils sont venus d’eux-mêmes, en tant que « simples citoyens et électeurs ». « En tant que Français tout court », ajoute Adrien, qui travaille dans la production cinématographique.

Manifester sous une pluie battante alors qu’ils auraient pu rester au chaud ? La question ne s’est même pas posée. « Ce n’est pas tous les jours qu’on touche à notre Constitution pour y inscrire des sujets aussi importants, souligne Adrien, grave. Ce n’est pas anodin : ça restera inscrit pour des générations ». Il rappelle aussi que l’état d’urgence a été utilisé « dans les pires moments de notre histoire », raison de plus pour s’opposer à sa pérennisation.

Adrien et Valentine n’ont pas d’autocollants criards sur leurs vestes ni de pancartes « Déçu de ma nationalité » et « Assignés à Résistance » à bout de bras. Ils ne reprennent pas à tue-tête les slogans « état d’urgence, état policier » crachés par les haut-parleurs des camions syndicaux (CGT, FSU…). Mais ils n’en pensent pas moins.

Eux aussi réclament la levée immédiate de l...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant