Manifestation à Nantes après une agression xénophobe

le
0

NANTES, 10 novembre (Reuters) - Près de 500 personnes se sont rassemblées mardi soir à Nantes (Loire-Atlantique), pour protester contre le jet de deux engins incendiaires, dans la nuit de samedi à dimanche, à l'intérieur d'un squat occupé par une quarantaine de migrants africains. Les organisateurs du rassemblement ont dénoncé au micro "des actes barbares" qui rappellent "le fascisme d'un passé pas si lointain que cela". Ils ont également appelé à la constitution d'un "front républicain", pour "dire aux barbares qu'ils nous trouveront toujours sur leur route". Le début d'incendie dans l'immeuble occupé par les migrants n'a fait qu'un blessé léger et quelques dégâts matériels, mais a surtout causé un "important traumatisme" parmi ces migrants venus de Somalie, d'Erythrée et du Soudan, selon Médecins du Monde. "Après les tags racistes, les actes répétés de vandalisme à l'encontre d'associations intervenant auprès des personnes étrangères et maintenant cette attaque, Médecins du Monde dénonce ce climat général de tension", écrit l'association dans un communiqué. Dans un communiqué de presse, le préfet de la Loire-Atlantique avait lui aussi un acte "odieux" qu'il a signalé au procureur de la République pour qu'une enquête de police soit ouverte. (Guillaume Frouin, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant