Manifestation à l'université d'été du PS contre une expulsion

le
0

LA ROCHELLE, Charente-Maritime - Des militants socialistes, membres du Réseau éducation sans frontières (RESF), ont donné de la voix dimanche à l'université d'été du PS à La Rochelle pour empêcher l'expulsion imminente de France d'un père de famille indien.

"Il ne reste plus qu'une heure pour empêcher l'expulsion, il reste une heure pour que l'avion décolle", ont scandé les militants, brandissant des pancartes à l'arrivée de plusieurs dirigeants et ministres socialistes.

Interpellé à son tour, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, a promis de s'occuper du cas de ce père de deux enfants de 36 ans, en France depuis 16 ans et peintre en bâtiment. "On est en train d'examiner le dossier", a-t-il dit un peu plus tard à Reuters.

L'action de RESF a quelque peu troublé l'apparent consensus sur la politique gouvernementale qui a dominé les travaux du PS. Manuel Valls avait été très applaudi vendredi en défendant sa ligne de fermeté devant les militants.

"Beaucoup de socialistes se sont mobilisés pour empêcher ces expulsions sous le précédent gouvernement. Et il n'est pas tolérable que les mêmes méthodes que Nicolas Sarkozy soient appliquées aujourd'hui", a expliqué Sylvie Thirionet, de RESF.

Selon elle, le père de famille menacé d'expulsion rentre dans la catégorie des immigrés susceptibles de rester en France "sur la base des déclarations de François Hollande", pendant sa campagne présidentielle.

Critiqué pour avoir poursuivi le démantèlement de camps illicites de Roms, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a réaffirmé sa volonté d'appliquer les décisions de justice, tout en mettant en oeuvre des mesures alternatives en faveur de ces immigrés venus pour la plupart de Roumanie et de Bulgarie.

Gérard Bon, édité par Jean-Baptiste Vey

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant