Manif pour tous : Copé dénonce des «tentatives inacceptables d'intimidation»

le
1
Manif pour tous : Copé dénonce des «tentatives inacceptables d'intimidation»
Manif pour tous : Copé dénonce des «tentatives inacceptables d'intimidation»

Le ton est monté samedi entre le gouvernement et l'UMP. Chaque camp accusant l'autre bord d'attiser les tensions à la veille de la manifestation à Paris des opposants au mariage homosexuel. Au sein même de la droite, l'appel à manifester divise. Si Jean-François Copé, avec plusieurs ténors de l'UMP (Henri Guaino, Xavier Bertrand, Laurent Wauquiez), est de ceux qui battront le pavé pour dire leur opposition à la loi, d'autres sont beaucoup plus réservés comme Valérie Pécresse qui pense que «l'UMP n'aurait pas dû manifester en tant que parti politique».

L'UMP accuse le gouvernement de provocation

Par voie de communiqué, Jean-François Copé, qui sera aux côtés des opposants dans la rue, a estimé samedi que le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur «se livraient à des tentatives inacceptables de pression et d'intimidation» pour tenter de «décourager les centaines de milliers de Français qui s'apprêtent à exprimer pacifiquement leur mécontentement dans la rue». Et d'ajouter : «J'appelle Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls à reprendre leurs esprits. Cette façon de jouer sur les peurs n'est pas admissible». Il a aussi jugé que M. Valls était «lui seul (...) en charge de la sécurité des Français. Si jamais il devait y avoir des débordements, il en serait l'unique responsable et devrait en rendre compte».

Pour sa part, le député UMP Henri Guaino a affirmé que ceux qui se laisseraient «impressionner» par les appels à ne pas défiler, «donneront un chèque en blanc» au gouvernement pour aller «plus loin».

Un peu plus tôt dans la journée, Jean-Marc Ayrault, estimait qu'en appelant à manifester, des responsables UMP prenaient «une lourde responsabilité en provoquant la crispation et la radicalisation» de certains manifestants. Manuel Valls avait «déconseillé aux familles avec des enfants de se rendre à cette manifestation». Et François Hollande de trancher : «La liberté de manifester...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le dimanche 26 mai 2013 à 09:38

    ATTENTION !...restons très vigilant…ne baissons pas la garde…Ces gens là, sont très dangereux (pas les homos en tant que tels), mais les lobbies LGBT et Cie,….et ils n’auront de cesse que de faire croire et admettre, que ce sont nous les anormaux (homophobes, fachos, réacs, moisis, et j’en passe) représentant au moins 80% de la population…il ne faut pas provoquer, mais répondre coup par coup, sans faiblir, pour dénoncer cette loi scélérate !...