Manif pour tous : Barjot soupçonne la préfecture d'avoir «truqué» les photos

le
5
Manif pour tous : Barjot soupçonne la préfecture d'avoir «truqué» les photos
Manif pour tous : Barjot soupçonne la préfecture d'avoir «truqué» les photos
Si d'ordinaire, l'écart entre le comptage des manifestants par le préfecture et celui par les organisateurs prête à sourire, celui-là fait tant débat qu'il a presque failli déboucher sur une «plainte». La chef de file de la «Manif pour tous», Frigide Barjot, accuse en effet le ministère de l'Intérieur de complot et de «photos truquées». Selon elle, les images du rassemblement du 24 mars 2013 contre le projet de loi du mariage pour tous sont retouchées pour donner l'impression que les manifestants sont moins nombreux. Il faut dire que la différence de chiffres est énorme: 300 000 selon la préfecture, 1,4 million selon les organisateurs.

Dimanche déjà, Frigide Barjot relançait la polémique en affirmant qu'«un journaliste de l'AFP avait visionné les images et dit qu'elles étaient trafiquées». Sur RTL, elle assurait avoir des «preuves» et renvoyait les auditeurs à un reportage de la société de production Tprod, qui décortique les photos transmises par la préfecture. Visiblement envoyées en très mauvaise qualité et dans un format inhabituel, les images y paraissent effectivement retouchées avec des outils de «bruitage», sorte de flou mélangeur.

VIDEO. Reportage de Tprod


Suite à l'interview de Frigide Barjot, le directeur de l'information de l'AFP, Philippe Massonnet, a immédiatement démenti. Les journalistes de l'AFP ont effectivement effectué des vérifications sur les photos mises en ligne par la préfecture de police, «tellement compressées qu'il en résulte une déperdition d'informations qui pouvait laisser penser qu'elles avaient été retouchées». Or, un examen minutieux de la vidéo originale, dont avaient été extraits ces clichés, a permis de conclure que les images en ligne «n'avaient pas été manipulées».

La préfecture de police de Paris a également réagi dans un communiqué, dénonçant des rumeurs «sans fondement». Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a lui estimé qu'on ne...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.delan le lundi 22 avr 2013 à 21:47

    jean-648, vous êtes excessif, et tout ce qui est excessif est insignifiant, et dans votre cas précis, non pas insignifiant mais d'une débilité abyssale et vulgairement grossière.

  • peggy111 le lundi 22 avr 2013 à 18:24

    elle voit double elle louche

  • M5005891 le lundi 22 avr 2013 à 18:17

    Comment un gouvernement elu par le peuple donc la rue se permet de ne pas admettre les revendications de cette meme rue.Dans cette logique il doit tout simplement quitter de suite le pouvoir car son élection par la rue ne doit pas non plus être valable, simple logique pour vous les guignols du PS.

  • M3435004 le lundi 22 avr 2013 à 18:11

    Le gouvernement et Madame T n'en ont paas fini avec la RESISTANCE à cette loi scélérate.

  • M3435004 le lundi 22 avr 2013 à 18:08

    Ce jour là l'accès à l'Arc de Triomphe était impossible muni d'un appareil photographique. Les médias à de rares exceptions ont donnés des comptes rendus partiels et partials.