Manif contre la loi travail : 2000 policiers mobilisés, une centaine «d'interdictions de paraître»

le , mis à jour à 22:52
36
Manif contre la loi travail : 2000 policiers mobilisés, une centaine «d'interdictions de paraître»
Manif contre la loi travail : 2000 policiers mobilisés, une centaine «d'interdictions de paraître»

Après plusieurs jours d'un bras de fer hautement politique, le préfet de police de Paris avait interdit ce mercredi la manifestation syndicale contre la loi travail prévue demain jeudi. Mais coup de théâtre à la mi-journée : un défilé est finalement autorisé à Paris ce jeudi.

Pour éviter de renouveler les violences qui avaient masqué la mobilisation du 14 juin dans Paris, les autorités avaient demandé aux syndicats de prévoir un rassemblement statique, place de la Nation. Les syndicats avaient refusé, proposant deux autres itinéraires plus courts et avec moins de commerces. Sans être entendus.

Jean-Claude Mailly (FO) et Philippe Martinez (CGT) ont été reçus par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. L'intersyndicale a tenu une conférence de presse vers 12h45 afin d'annoncer qu'il y aurait finalement une manifestation.

Les policiers demandaient eux le report de la manifestation. Les réactions politiques et syndicales se sont multipliées toute la journée.

>>> Retrouvez les réactions et les annonces >>>

22 heures. Ulcéré par un député PCF, Christophe Caresche (PS) quitte un plateau télé. Face à face tendu sur le plateau de LCP (La chaîne parlementaire) entre Christophe Caresche, député PS de Paris, et André Chassaigne, député PCF du Puy-de-Dôme. Alors que le parlementaire communiste l'accusait d'«abandonner toutes les valeurs de la gauche depuis 2012», Christophe Caresche a fini par sortir de se gonds : «D'abord je n'ai pas de leçon à recevoir de vous, je suis socialiste, je suis de gauche. C'est vous qui démolissez la gauche, vous aurez la droite, vous aurez le Front National et on verra ! C'est vous le fossoyeur de la gauche ! Bon, moi je me tire ! Ras-le-bol !», a lancé le député socialiste avant de se lever en pleine émission et de quitter les lieux.

 

Excédé par les attaques d’@AndreChassaigne (PCF), le député PS @CCaresche quitte le plateau de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • YTRAM il y a 7 mois

    J'espère que nos énergiques gouvernants on pense à donner aux policiers leurs flash hall ,leur taser et leurs 3 canons à eau

  • M1945416 il y a 7 mois

    et ben heureusement pour moi, on a des syndicats dans notre boite , apparemment vous avez un super patron , ou alors vous n'avez plus rien a voir avec le monde du travail…

  • patjo47 il y a 7 mois

    Si Hollande réussi à faire exploser ces ultras privilégiés bornés et archaiques de la CGT qui ne pensent qu à leurs avantages et se foutent de la loi travail des chômeurs et de tous les travailleurs, ce sera le meilleur Président depuis des lustres.

  • F083188 il y a 7 mois

    Quelques centaines de personnes sont persuadés en France d'imposer leur point de vue, c'est ça la démocratie ?

  • F083188 il y a 7 mois

    Comme les autres ils n'ont pas d'autre objectif que de faire capoter la loi fameuse loi, je parie qu'ils vont finir par y arriver.

  • F083188 il y a 7 mois

    Comment peut on accepter une nouvelle journée de grève, contre soit, c'est dingue ou se faire "hara kiri", je n'y comprends plus rien.

  • F083188 il y a 7 mois

    Je pense que M Vals est désavoué dans cette énième revirade, il n'a pas d'autre solution que de démissionner.

  • F083188 il y a 7 mois

    MM Martinez et Mially ont encore gagné, les chômeurs et les précaires ils s'en foutent, étant donné que leurs journées de grève leurs sont payées. Quand les salariés comprendront qu'ils perdent tout en agissant ainsi!!!

  • rcresus il y a 7 mois

    c'est la seule préoccupation des français et des médias? 4 millions de chomeurs, ils s'en b.anlent !

  • patr.fav il y a 7 mois

    Aucune démission après le bataclan une honte et on appelle cela la dictature