Manif anti-loi Travail : comment Valls a perdu la face

le , mis à jour à 14:00
17
Manif anti-loi Travail : comment Valls a perdu la face
Manif anti-loi Travail : comment Valls a perdu la face

Manuel Valls n'a plus qu'à espérer qu'il y ait... beaucoup de manifestants ! En cas de forte affluence ce jeudi après-midi place de la Bastille, les opposants au projet de loi Travail seront bloqués et contraints de faire du surplace. Et le Premier ministre, qui rêvait d'un « rassemblement statique », sauvera ainsi la face. Un comble pour le chef du gouvernement, qui n'a finalement pas mis sa menace d'interdiction de manifester à exécution. Quitte à donner une impression de flottement.

 

Et, pourtant, mardi soir, lorsque les ténors de la majorité sont réunis avec François Hollande à l'Elysée, tous sont d'accord : « On ne cède pas aux syndicats sur le parcours. » Valls a préféré sécher le dîner de travail pour passer la Fête de la musique avec sa femme, la violoniste Anne Gravoin, le temps d'un concert de Nolwenn Leroy dans les jardins de Matignon. Mais le chef du gouvernement a déjà donné le la. Les parcours proposés par la CGT et FO? « Trop longs », a jugé le Premier ministre, favorable à un rassemblement statique ou rien. Et tant pis si, depuis trois jours, Bernard Cazeneuve tente d'arracher un compromis avec Martinez (CGT) et Mailly (FO). Pas question de revivre les scènes de « guérilla » des neuf défilés précédents. La hantise de Valls : « Un drame irrémédiable », glisse un conseiller élyséen. En clair, une bavure.

 

Malgré les menaces, les syndicats refusent pourtant de plier. Finalement, mercredi matin, c'est le préfet de police de Paris, Michel Cadot, qui se retrouve envoyé au front par l'exécutif. « Il n'y a pas d'autre choix que d'interdire la manifestation », endosse le haut fonctionnaire. En réalité, le communiqué a été rédigé avec l'assentiment de Beauvau et de Matignon. « Il a même été relu par le président », assure un proche à l'Elysée. Mais ni Valls, ni Cazeneuve, ni Hollande n'assument publiquement.

 

« Vous nous voyez passer les menottes à Martinez ? ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 445566ZM il y a 6 mois

    Les chefs syndicalistes sont surpris. Merci monsieur Valls. Tous les gouvernements reculaient devant les exigences des syndicats, par facilité, par lâcheté. Le projet de loi permet d'organiser un référendum dans une entreprise, ce qui donne de l'importance aux travailleurs, au dépens des syndicalistes qui s'arrogent le droit de représenter les salariés. Quitte à faire couler une entreprise de plus.

  • dotcom1 il y a 6 mois

    Mailly et Martinez tournent en rond, tels Astérix et Obélix dans leur village coupé du monde réel. Pas de potion magique pour eux malheureusement.

  • M7163258 il y a 6 mois

    Mike3000 A part cela vous avez autre chose d'aussi intelligent à souligner ?

  • MIKE3000 il y a 6 mois

    M7163258: tu meures... du verbe mourire? ...

  • M7163258 il y a 6 mois

    Les syndicats ne sont pas d'accord sur la loi travail alors pourquoi simplifier à l'extrême il n'y a pas le méchant Valls d'un côté et les gentils syndicalistes de l'autre...Pour les esprits simples qui ne veulent pas se compliquer la vie, il faut écouter Laurent le Cégétiste de PSA, plus outrancier et plus simpliste tu meures...

  • phili646 il y a 6 mois

    Une longue veillée d'armes en attendant 2017 !!!

  • vazi il y a 6 mois

    si il y en a un voir plus qui ont perdu la face c'est bien Martinez et Mally qui n'ont pas obtenu ce qu'ils demandent depuis des lustres à savoir l'abandon du projet de loi travail, Bravo pour ces titres qui ne veulent rien dire à part prendre position

  • JPANTO il y a 6 mois

    Si Valls a perdu la face depuis longtemps d'ailleurs, .....les photographes eux ont perdu El Khroumi. Transformée en statue de sel sans doute la bretonne.

  • lorant21 il y a 6 mois

    Je ne suis pas aussi sévère. La manif sera statique (ou presque) et aura lieu dans un endroit où il y a peu à casser. Finalement, ce n'est pas si mal. Si la comédie a été ridicule, le résultat n'est pas mauvais.

  • raich2 il y a 6 mois

    Manifester sans motif réel et sérieux ou faire grève pour les mêmes raisons, n'est-il pas suffisant pour démontrer que le peuple de France n'a pas traverser les siècles mais demeure toujours en 1936