Manif anti-Hollande : l'opposition condamne les débordements

le
0
Manif anti-Hollande : l'opposition condamne les débordements
Manif anti-Hollande : l'opposition condamne les débordements

Au lendemain de la manifestation anti-Hollande à l'appel du collectif «Jour de colère», qui s'est achevée par des affrontements entre des manifestants et les forces de l'ordre et qui a conduit à 250 gardes à vue, l'opposition condamne les dérapages et dénonce la «tonalité» de ce mouvement. 

Le président de l'UMP, Jean-François Copé ne se sent «évidemment pas» représenté par ce collectif hétéroclite, qui regroupait une cinquantaine d'associations, des identitaires aux «bonnets rouges», en passant par des membres du Printemps français (la frange la plus radicale des anti-mariage pour tous). «Ce qui s'est passé hier est évidemment condamnable», a-t-il affirmé sur Europe 1, soulignant que «manifester est un droit, en revanche, casser, proférer des slogans racistes et antisémites, c'est un délit.» 

«Bien sûr que nous sommes très nombreux à être choqué par la manière dont le président de la République met à bas notre politique familiale, balaye un certain nombre des valeurs auxquelles nous sommes attachés», a poursuivi le député-maire de Meaux. «Mais ce que nous avons vu hier n'a rien à voir avec l'idée que je me fais de la République», a-t-il regretté.

VIDEO. Copé : la manif anti-Hollande n'a «rien à voir avec l'idée que je me fais de la République»

Guaino a entendu «des propos souvent extrémistes»

Même tonalité du côté d'Henri Guaino. «J'ai entendu beaucoup de choses qui ne me plaisent pas hier dans les rues de Paris. Il y avait une tonalité que je ne peux pas tolérer et apprécier», a condamné le député UMP des Yvelines, fervent opposant à la loi légalisant le mariage pour tous. «Il y a une colère du peuple, il faut la comprendre, mais je trouve que les propos entendus étaient souvent extrémistes». Alors qu'on lui demandait s'il voterait pour la destitution du chef de l'Etat comme le demandent les organisateurs, l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant