Manger trop de viande détruit la planète, démontre une ONG

le
0
Manger trop de viande détruit la planète, démontre une ONG
Manger trop de viande détruit la planète, démontre une ONG

La production intensive de viande a un impact dévastateur sur l'environnement met en garde ce jeudi l'ONG «Friends of the Earth» («Amis de la Terre») Europe en présentant son atlas sur la consommation de viande dans le monde.

«La production intensive de viande ne signifie pas seulement faire souffrir des animaux. Cela détruit l'environnement et engloutit une grande quantité de nos matières premières que nous importons du Sud pour les nourrir», dénonce dans un communiqué Barbara Unmüssig, présidente de la Fondation Heinrich-Böll, une ONG proche des Verts allemands associée à la publication de cet atlas.

«Chaque fois que nous mangeons nous faisons un choix politique ayant un impact sur la vie des gens dans le monde, l'environnement, la biodiversité et le climat», souligne Adrian Bebb, un responsable de l'ONG, au cours d'une conférence de presse à Bruxelles. En outre, la consommation de viande, déjà trop élevée selon «Friends of the Earth», ne cesse de croître dans les pays émergents comme la Chine. Démonstration :

Consommation d'eau excessive. Selon «Friends of The Earth», quelque 15 500 litres d'eau sont nécessaires pour produire un kilo de viande de boeuf. Avec la même quantité d'eau, on peut produire 12 kilos de blé ou 118 kilos de carottes.

L'élevage engloutit terres arables et céréales. Plus de 40% de la production annuelle de blé, de seigle, d'avoine et de maïs est utilisée pour l'alimentation animale. Un tiers des 14 milliards d'hectares de terres cultivées dans le monde est utilisé pour nourrir les animaux d'élevage.

Les petits exploitants écrasés par l'industrie agro-alimentaire. La production de plus en plus gigantesque de viande profite avant tout à de grands groupes agro-alimentaires comme le brésilien JBS ou les américains TysonFoods et Cargill, au détriment des petits exploitants condamnés à disparaître selon l'ONG.

Des bêtes gavées d'antibiotiques et d'hormones. Dans son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant