"Mandela: un long chemin vers la liberté" : un destin taillé pour le grand écran

le
0
Extrait de 'Mandela: A Long Walk to Freedom' avec Idris Elba Keith Bernstein - © 2013 Long Walk To Freedom (Pty) Ltd. All Rights Reserved.
Extrait de 'Mandela: A Long Walk to Freedom' avec Idris Elba Keith Bernstein - © 2013 Long Walk To Freedom (Pty) Ltd. All Rights Reserved.

(AFP) - "Mandela, un long chemin vers la liberté", en salles mercredi prochain en France et en Belgique après être sorti fin novembre en Afrique du Sud et aux États-Unis, est une fresque historique retraçant le destin exceptionnel de l'icône mondiale de la lutte contre l'apartheid.

Alors que le film a pris d'emblée la tête du box-office sud-africain, la rumeur hollywoodienne le voit déjà décrocher des nominations aux prochains Oscars.

Le décès de Mandela à 95 ans, survenu dans la soirée du 5 décembre, a été annoncé au moment où se tenait à Londres la première du long métrage, un événement auquel assistaient deux des filles du prix Nobel de la Paix.

Les acteurs britanniques Idris Elba (Nelson Mandela) et Naomie Harris (Winnie Mandela), présents à Londres, lui ont aussitôt rendu hommage tout comme l'Américain Morgan Freeman, qui a incarné le leader sud-africain dans "Invictus" de Clint Eastwood (2009).

Lors de l'avant-première mondiale au Festival de Toronto début septembre, l'équipe du film avait fait part devant la presse de l'immense responsabilité qui avait été la sienne pour réaliser ce long-métrage basé sur l'autobiographie de l'ex-président, publiée en 1994.

"C'est parce que Mandela a été capable de le faire que nous voyons en lui un modèle qui résonne dans le monde et doit encore résonner. C'est cela la responsabilité du film que nous avons fait", relevait le scénariste William Nicholson.

"Il fallait être sûr que tout soit authentique", soulignait le réalisateur britannique Justin Chadwick ("Deux soeurs pour un roi"), qui a rencontré à plusieurs reprises les proches de l'ancien président et tourné notamment à Soweto.

Le cinéaste confiait également son émotion en pensant que, parmi les figurants du film, "certains avaient été présents lors de discours à la foule de Mandela".

"Des forces et des faiblesses"

Le producteur sud-africain Anant Singh, qui a obtenu les droits du livre, avait détaillé à Toronto le long processus pour voir aboutir le projet.

"Il y a 25 ans, j'ai écrit à Mandela quand il était encore en prison pour lui parler d'un projet de film. Il m'a d'abord répondu +qui voudra voir un film sur moi ?+ Et nous voilà 25 ans après !"

Ensuite s'est posée la question de la forme du récit. Le scénariste et le réalisateur ont choisi de raconter la construction progressive du personnage.

Le long métrage de deux heures et demie, de facture classique et à l'image soignée, s'ouvre sur l'enfance de Mandela dans son village de l'ethnie xhosa. Très vite, on le voit avocat défendant la cause des Noirs puis se rapprocher de l'ANC (le congrès national africain), qu'il a rejoint en 1943.

Viendront ensuite le temps des manifestations et des actions, d'abord pacifistes puis violentes, l'arrestation et l'emprisonnement de Mandela à Robben Island, les négociations secrètes avec le gouvernement jusqu'à sa libération en 1990 et son élection en 1994, qui a ouvert la voie à la réconciliation.

C'est aussi le portrait d'un homme qui a consenti "d'incroyables sacrifices" dans sa vie familiale et personnelle. "J'ai des forces et des faiblesses. Je suis un homme ordinaire", avait avoué au producteur Nelson Mandela, qui fut un mari volage.

Idris Elba ("Pacific Rim", "Prometheus"), incarne avec beaucoup d'humanité et de chaleur Mandela. Naomie Harris ("Skyfall") restitue toute la détermination de Winnie Mandela, qui a payé également le prix fort de son engagement. Egérie de la lutte anti-apartheid, elle deviendra plus tard un personnage controversé.

Nelson Mandela, très malade, n'a pas pu voir le film terminé, seulement quelques images fin 2012, rapportait encore Anant Singh. "Il m'a dit: +c'est moi ?+ et puis il s'est mis à rire. Cela voulait dire qu'il avait approuvé le choix d'Idris", concluait le producteur.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant