Mandela : l'amour tardif de nations qui soutenaient l'apartheid

le
0
Les funérailles de Nelson Mandela ont réuni une centaine de chefs d'État. Mais l'unanimité n'a pas toujours été de mise: certaines nations ont tardé à reconnaître la légitimité de sa lutte contre l'apartheid.

Jamais sans doute un lieu n'avait réuni autant de chefs d'État. Ils étaient près de cent, mardi, aux funérailles de Nelson Mandela. Pour certaines nations pourtant, la reconnaissance des qualités de l'homme, sans parler de la légitimité de la lutte, fut longue à se dessiner. Barack Obama ne l'ignore pas. Les États-Unis, pays ségrégationniste, ne furent pas toujours opposés au régime de l'apartheid. Plus tard, la proximité de Mandela avec les communistes nourrit les soupçons d'une Amérique plongée dans la guerre froide. Mandela a, un temps, érigé en modèle la prise de pouvoir par Fidel Castro, et n'a jamais caché avoir étudié les écrits de Staline. La CIA fut d'ailleurs longtemps accusée d'être à l'origine des informations qui permirent l'arrestation de M...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant