Mandela et le sport : deux Coupes du monde pour rapprocher noirs et blancs

le
1
Mandela et le sport : deux Coupes du monde pour rapprocher noirs et blancs
Mandela et le sport : deux Coupes du monde pour rapprocher noirs et blancs

L'héritage-clef de Nelson Mandela, décédé jeudi à 95 ans, restera son oeuvre de réconciliation en Afrique du Sud, après des décennies d'oppression raciste et alors que les préjugés perdurent entre les communautés. L'image du premier président noir d'Afrique du Sud endossant le maillot de l'équipe nationale des Springboks, en 1995, pour leur victoire à la Coupe du monde de rugby, marque l'apogée de l'euphorie réconciliatrice. Les Springboks ont été longtemps le symbole de l'Afrique du Sud blanche et du régime de l'apartheid. En les soutenant, Mandela a pris son propre camp à contre-pied, dans le but de surmonter les divisions raciales du pays.

A l'annonce de sa mort, le monde du rugby n'a pas manqué de rendre un vibrant hommage à l'ex-président.

«Nos vies sont plus pauvres aujourd'hui que s'est éteint ce grand phare de lumière et d'espoir qui a conduit notre pays sur la voie de la transition vers la démocratie», a déclaré Oregan Hoskins, président de la Fédération sud-africaine de rugby (SARU). «Grâce à son extraordinaire vision, il a réussi à faire de la Coupe du monde 1995 un instrument pour favoriser l'émergence d'une nation, juste un an après les premières et historiques élections démocratiques en Afrique du Sud», a ajouté le patron du rugby sud-africain.

«Le souvenir qui me restera de Madiba est celui d'une personne qui avait une grande capacité à rassembler, a déclaré de son côté Jean de Villiers, actuel capitaine de la sélection nationale. Sa présence lors des matches internationaux transportait la foule et donnait de l'énergie à l'équipe. C'est difficile à décrire.» «Il a inspiré l'Afrique du Sud, a poursuivi de Villiers, un pays qui avait été si longtemps divisé, pour construire paisiblement une nation arc-en-ciel».

A l'unisson du sport sud-africain, l'ex-rugbyman argentin Hugo Porta, qui fut ambassadeur à Pretoria de 1991 à 1995, a salué celui qui «a eu l'intelligence ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlcbnb le vendredi 6 déc 2013 à 10:45

    pas certain que le rapprochement soit atteint et ancré, lorsqu'on entend les discours du COSATU et autres syndicats. On pourrait très bien avoir un président fort à la Mugabe en AS.