Mandanda s'est calmé mais reste très agacé

le
0
Mandanda s'est calmé mais reste très agacé
Mandanda s'est calmé mais reste très agacé

Apaisé par rapport à l'après-match de Toulouse, Steve Mandanda dresse tout de même toujours un constat très inquiétant de la situation actuelle à l'OM. Une mise au point de près d'une demi-heure du capitaine marseillais, calmé mais toujours agacé.

Steve Mandanda, on vous a quitté très remonté dimanche. Quarante-huit heures plus tard, dans quel état d’esprit êtes-vous ?
Je suis beaucoup plus calme. Il y a eu la colère, la frustration, la déception d’après-match et je pense avoir été lucide dans mon constat, mais à partir du moment où un autre match arrive, il faut passer à autre chose. Et autre chose, c’est ce match contre Ajaccio. On connaît le contexte, qui sera compliqué, mais on connaît aussi nos résultats et notre comportement à l’extérieur. Certes, ce n’est pas le plus beau stade du championnat, mais on est sur une bonne série à l’extérieur. On n’a pas d’autre choix que de faire un résultat. Ajaccio ne va rien nous donner, ça va être très compliqué.

Avez-vous parlé avec Michel du ressenti que vous avez pu avoir depuis votre but sur les absences au milieu de terrain ?
Oui, on en a parlé, sans qu’il y ait d’histoires ou quoi que ce soit. Je redis aujourd’hui qu’on a manqué d’intelligence et que des joueurs n’ont pas respecté certaines consignes. On avait envie de gagner ce match car on n’avait pas gagné depuis cinq mois, mais on aurait pu être plus intelligents. Après, en aucun cas, je ne me permettrai de remettre en cause les choix du coach. Je ne l’ai jamais fait et je ne le ferai jamais. J’ai pesté contre mes partenaires parce que j’estimais qu’on ne faisait pas ce qu’il fallait pour marquer et ne pas prendre de but. Même si chacun ne joue pas à son poste, on doit être capable en tant que joueurs professionnels d’être intelligents et d’occuper la zone que l’on vous demande d’occuper, et de le faire correctement.

Qu’avez-vous demandé à Florian Thauvin quand vous êtes venu voir votre coach pendant le match ?
Je lui ai juste dit qu’on prenait des vagues au milieu et qu’il fallait le dire. La réponse a été que c’était déjà fait, mais qu’on ne le faisait pas, tout simplement.

Vous avez insisté sur des consignes que ne respectaient pas certains joueurs…
Non, mais la vérité, c’est que l’on cherche à créer un conflit entre Steve Mandanda et le coach. Il n’y en a pas ! Ni entre Steve Mandanda et les joueurs. Je le répète si vous voulez : il n’y a vraiment aucun souci avec le coach, et les joueurs sont tous à fond derrière lui et le staff. Il s’est passé un fait dans le match, je l’ai dit, parce que de derrière, je vois certaines choses et qu’en tant que capitaine, j’essaye de faire remonter les infos. Voilà, on passe à autre chose. Il n’y a aucun problème aujourd’hui avec le coach ou avec les joueurs. On est conscients de la situation et des problèmes de l’équipe, mais ça c’est bien beau, et à un moment, il faut que ça bascule.

« Il y a eu plusieurs histoires, tout n’est pas rose »

Estimez-vous que vous, joueurs, êtes les principaux responsables de cette situation ?
Bien sûr, puisqu’on est sur le terrain. On peut dire ce qu’on veut, ce n’est pas l’entraîneur, sur le banc, qui ira marquer des buts à la place des joueurs. On a quand même une très grande part de responsabilité, la réponse est toute simple. Je redis la même chose que dimanche en étant plus calme : quand on n’arrive pas à gagner les matchs à domicile ni à saisir les opportunités pour basculer dans la première moitié de tableau, il faut arrêter de se fixer des objectifs et se dire qu’on veut finir sur le podium. Les objectifs, on verra en fonction du nombre de points qu’on aura à quatre ou cinq journées de la fin. Il faut prendre les points et arrêter de regarder le classement. Mais se retrouver dans cette situation dans ce championnat très serré et qui n’avance pas, à part pour Paris, ça rend fou.

Y-a-t-il un risque que vous finissiez la saison en roue libre ?
Non, je ne pense pas, parce que ça reste assez calme jusqu’à présent. J’ai connu l’environnement plus difficile envers les joueurs. En plus, on est treizièmes, ça me rend fou et si on finit en roue libre, ça peut être une catastrophe et ça, ce n’est pas possible. Il y a aussi ce match contre Sochaux (en Coupe de France) qui peut maintenir tout le monde, gagner la Coupe de France, ça serait quelque chose de bien. Bref, il y a plusieurs éléments qui font que l’on ne peut pas terminer en roue libre. On ne peut pas banaliser cette situation, rester comme ça, et se contenter de cette saison.

Sentez-vous moins de ferveur chez les supporters ?
Peut-être qu’ils sont lassés et fatigués parce que les résultats ne sont pas là, et je les comprends. Mais il y a une grande partie qui est avec nous. Dimanche, ils nous ont sifflés à la fin du match, pas pendant. Ils nous ont encouragés jusqu'au bout. Le stade est beaucoup moins garni, mais il reste quand même beaucoup de supporters avec nous et je les en remercie, car on va avoir vraiment besoin d’eux. Ce qu’il nous manque ? L’efficacité. Regardez Lyon : au bout de trente secondes, ils mènent 1-0, l’équipe adverse doute et la physionomie du match n’est pas la même. Nous, on a un gros gros problème d’efficacité et c’est ce qui nous fait défaut à chaque rencontre. Le gros problème, il est là.

Ce manque d’efficacité est-il essentiellement psychologique, selon vous ?
Oui, c’est une question de confiance. Quand tu es souvent en échec, tu vas être moins instinctif, tu vas plus douter. On fait aussi énormément de mauvais choix. On se bat tous les jours pour ça. Moi, je ne peux pas aller les mettre les buts, mais on essaye de discuter un maximum. Contrairement à ce que vous pensez, il y a eu plusieurs histoires, tout n’est pas rose, il y a des conflits par rapport à certaines choses qui se passent sur le terrain et de la vie dans le groupe pour essayer de faire changer les choses. Mais si ça ne passe pas… On a une saison compliquée depuis le départ et elle le sera jusqu’à la fin.

« Sur le plan personnel, je vis une saison très intéressante et enrichissante »

Le fait d’être pratiquement irréprochable individuellement multiplie-t-il votre frustration ?
Non, ce qui est le plus frustrant, ce sont le classement et les résultats. J’essaye de faire mon boulot du mieux possible, ça me réussit, tant mieux.

Des choses vont-elles changer dans la préparation de ce match contre Ajaccio ?
Non, il faut rester solidaires et conquérants, parce qu’on n’a pas d’autre choix et qu’on n’a pas le droit de lâcher. Il y a eu de mauvaises choses de faites dimanche, mais mercredi, on repart, comme on repartira comme ça jusqu’au bout.

Etes-vous inquiet par rapport à l’avenir du club ?
Beaucoup de choses se disent et s’écrivent dans la presse, c’est difficile pour moi de me faire une idée. J’aurai l’occasion de discuter avec le président et les dirigeants et là, je pourrai me faire une petite idée. Mais, là, je ne suis pas inquiet pour l’avenir du club. On est conscients que c’est compliqué financièrement, donc les objectifs sont plus difficiles à atteindre, mais on reste quand même ambitieux et avec l’envie de finir le plus haut possible. Je sais aussi qu’en faisant une série, on peut revenir, mais pour ça, il faut la faire.

Voyez-vous toujours votre avenir à l’OM ?
Là aussi, on aura la discussion en fin de saison. On a assez de soucis comme ça pour parler de mon cas personnel ou de l’avenir du club. L’une des principales interrogations des supporters ? Oui, de moi aussi. On aura une discussion et on verra bien. Est-ce que je suis ou pas en fin de contrat ? Oui, je le sais très bien. De la lassitude ? Non, pas cette saison, car elle est malgré tout intéressante pour moi personnellement, car en tant que capitaine, j’ai pas mal de choses à gérer et à voir ainsi que beaucoup d’échanges avec le coach. Après, c’est clair que j’ai eu des moments où j’étais énervé, frustré, mais reste une saison enrichissante sur un plan personnel.

Propos recueillis par K.A, à Marseille

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant