Mandanda: deux poids, deux mesures

le
0
Mandanda: deux poids, deux mesures
Mandanda: deux poids, deux mesures

Ce soir, face à l'Arménie (18h), Steve Mandanda enchainera une deuxième titularisation consécutive en Bleu. Une récompense pour un portier qui retrouve peu à peu son niveau après des exercices compliqués.

Dans la nuit éclairée du Stade de France, deux hommes s'envolent. Cristiano Ronaldo tutoie, comme à son habitude, le cuir à une hauteur alpine. Steve Mandanda lui, est à l'horizontale. La main ferme, le portier de l'Equipe de France vient de contrarier les plans du Portugais monté sur ressort : « Mon arrêt a une certaine saveur. » goute t-il d'ailleurs après la rencontre. D'une parce que le dernier marseillais à avoir stoppé Cristiano Ronaldo était Souleymane Diawara. De deux parce que le gardien de l'OM revient de loin. A bout de souffle depuis 2 saisons, handicapé par une blessure aux cervicales qui l'a privé de Coupe du Monde au Brésil, Mandanda s'était éloigné du statut de rempart solide pour passer à celui de Stevie boulet. Cette saison, la ventoline et chaise roulante ont été mises au placard. Plus léger, plus serein aussi, Steve Mandanda craquelle au fil des semaines une chrysalide dans laquelle il est resté enfermé trop longtemps. Redevenu décisif pour un club qui n'en finit plus de gagner, de retour en Bleu, Steve semble bien décidé à ne plus battre de l'aile. Et à redevenir Papillon.
Le temps de l'affinage
Le Mandanda nouveau n'est certes pas encore arrivé. Mais il progresse. A l'image de son début de saison, marqué par une boulette face à Maboulou lors de la 2ème journée, puis quelques parades et reflexes bien sentis, Steve tend vers l'amélioration. D'aucuns, statistiques à l'appui, argueront du fait qu'il n'est pas le plus efficace, que son taux de tirs arrêtés (65%) est celui d'un gardien lambda de Ligue 1, sans avoir tort. Sauf qu'à l'instar de sa rencontre face à Rennes, Mandanda rapporte des points quand il ne permet pas à son équipe de rester dans la partie. Dans la même veine face au Portugal, l'ancienne jeune pousse du Havre doit en partie ce retour en grâce à une fonte de graisse : « Le poids est très important. Personnellement, j'avais ce type de problème durant ma carrière, et avec des kilos en trop, on ne se sent pas bien dans son corps et dans ses performances. Là, je revois le Mandanda qu'on a connu ». explique André Pierre Gignac, un tant résident du centre de Merano que son partenaire a rejoint en janvier dernier. Même constat chez DD : « Il a retrouvé son meilleur niveau et un physique plus adapté au plus haut niveau. Le foot de haut niveau, ça demande aussi et surtout un corps d'athlète.» Affuté et désormais drivé par un Stéphane...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant