Manchester United cale à West Bromwich.

le
0

Peu inspirés offensivement et toujours aussi fébriles derrière, les Red Devils peuvent se réjouir du match nul (2-2), finalement arraché sur la pelouse de West Bromwich Albion. Qu'on se le dise, Van Gaal a encore du travail.


West Brom. - Man. Utd
(2-2)

S. Sessegnon (7'), S. Berahino (65') pour West Bromwich Albion , M. Fellaini (49'), D. Blind (87') pour Manchester United.



Incapables de gagner à l'extérieur en championnat depuis le 5 avril dernier et une victoire 0-4 à Newcastle, les Red Devils avaient à cœur de mettre un terme à cette triste série. Triste, comme le visage affiché par les hommes de Louis Van Gaal ce soir aux Hawthorns. Toujours aussi naïfs défensivement et peu inspirés dans la création, à l'image d'un Mata qui ère de plus en plus comme une âme en peine, les Mancuniens peuvent se réjouir du match nul, arraché, au mental, face à une équipe de West Bromwich compacte et réaliste.
La praline de Sessègnon
Saido Berahino donne le coup d'envoi du match et d'entrée, West Bromwich tente de déstabiliser la défense mancunienne par l'intermédiaire de Sessègnon, qui centre en retrait pour Gardner, dont la frappe est repoussée par la défense. Les supporters des Baggies donnent rapidement de la voix et les joueurs d'Alan Irvine mettent la pression sur la charnière des Red Devils. Sur un dégagement anodin, Wisdom récupère le ballon à droite, remonte une moitié de terrain et centre pour Stéphane Sessègnon, qui, à l'entrée de la surface, place une superbe frappe sans contrôle dans la lucarne de De Gea (1-0, 8'). Un but qui réveille quelque peu les hommes de Van Gaal et dans la foulée, Di Maria lance Van Persie dans la profondeur, mais sa reprise trop appuyée est facilement détournée par Myhill. Cherchant à tous prix à revenir au score, les Red Devils abusent de long ballons, souvent inefficaces, mais sur l'un d'entre eux, Di Maria parvient à se retourner mais sa frappe est bien bloquée par le portier gallois. De son côté, West Brom joue sa chance à fond et n'hésite pas à attaquer à l'image d'un duo Sessègnon - Berahino très percutant. La domination mancunienne est plutôt stérile, même si Di Maria tente de faire la différence d'une frappe du gauche à l'entrée de la surface, une nouvelle fois...








...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant