Manchester City s'impose sans forcer et sans De Bruyne

le
0

Champions en 2012 et 2014, les Citizens sont bien placés pour être sacrés en 2016. Ils sont déjà seuls en tête au bout de trois journées après un succès 2-0 sur la pelouse d'Everton.

Everton 0-2 Manchester City

Buts : Kolarov (60e), Nasri (88e) pour Manchester City

Il paraît que Manchester City veut recruter dans les derniers jours du mercato Kevin De Bruyne. Un montant de près de 70 millions d'euros est évoqué. Quand même. Le pire, c'est que les Citizens ne sont pas vraiment dans le besoin. Sans le meneur de jeu belge, les hommes de Manuel Pellegrini sont premiers du championnat. Trois matchs, trois victoires, avec du scalp de Chelsea dedans, et donc une victoire sur la pelouse d'Everton. La formule, c'est déjà trois milieux offensifs qui cartonnent : Raheem Sterling qui se régale dans le couloir gauche, Jesus Navas, qui se fixe enfin en vrai ailier à droite et David Silva dans l'axe. Il faut y rajouter Samir Nasri, rentré à un quart d'heure de la fin, qui n'a rien à envier techniquement à ses copains. Pour preuve, il inscrira le deuxième but de son équipe d'un joli petit piqué après un une-deux avec Yaya Touré. Faut-il vraiment toucher à une équipe qui en est à neuf victoires consécutives en Premier League ?

Everton, un joueur par ligne


En tout cas, si l'équipe démarre sa rencontre à Goodison Park tambour battant, c'est bien parce qu'il y a quelques certitudes dans le jeu. La paire Fernandinho – Yaya Touré par exemple se connaît par cœur. Devant, le fameux trio, et Agüero, qui semble en pleine forme. Le Kun s'illustre même dès les premières minutes par des frappes sur des appels en rupture. Silva et Sterling sortent ces fameuses passes courtes qui prennent de court toute une défense. Mais les Toffees regagnent le vestiaire à la pause avec le match nul et vierge et le sentiment du devoir accompli. Car ils ont même fait trembler le vice-champion en le mettant face à son principal point faible : Eliaquim Mangala. Roberto Martinez peut compter sur un homme par ligne pour surnager. Howard dans les cages, John Stones derrière, Ross Barkley au milieu, qui fera prendre une biscotte au défenseur français suite à une percée plein axe, et Romelu…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant