Manchester City s'impose dans la douleur

le
0

Face à des Villans maladroits, ce samedi après-midi, les hommes de Pellegrini ont su assurer l'essentiel : la victoire. Un succès 3-2, douloureux à obtenir mais suffisant pour reprendre provisoirement la deuxième place du classement. Et au final, c'est tout ce qui compte.


Man. City - Aston Villa
(3-2)

S. Agüero (4'), A. Kolarov (65'), Fernandinho (90') pour Manchester City , T. Cleverley (68'), C. Sánchez (86') pour Aston Villa.


Souvent moqué pour la faible qualité de ses gardiens de but, la Premier League peut ce samedi faire les gros yeux à Bradley Guzan. Car s'il est Américain, c'est bien sous les couleurs d'Aston Villa que le portier a réalisé l'une des plus belles boulettes de l'année, face à Manchester City. Le match n'a pas commencé depuis trois minutes lorsque Guzan, sollicité par une passe en retrait, tente de chercher un coéquipier de l'autre côté du terrain. Et là, c'est le drame. Trop de précipitation, trop de pression, une absence, bref, quelle que soit la raison, le gardien villan se troue complètement et claque l'une des passes les plus gênantes du monde. Le Kun, qui rôdait par là, n'en demandait pas tant et ne se prive pas pour ouvrir le score. Trois minutes de jeu, City passe devant et Guzan, lui, est déjà prêt pour faire le tour des bêtisiers.
Guzan le généreux
Encore perdus dans les vapeurs euphoriques de leur qualification en finale de la Cup, le week-end dernier, les Villans ont évidemment bien du mal à démarrer leur rencontre, ce samedi après-midi. City, sans forcer, se retrouve à prendre les devants. Soucieux de se mettre rapidement à l'abri, les Citizens tentent de profiter au maximum des erreurs adverses et Fernando n'est pas loin de doubler la mise à la suite d'un nouveau raté de Guzan, mais la tête du Brésilien fuit le cadre (16e). Après un premier quart d'heure totalement foiré, les Villans se souviennent subitement qu'ils ont encore un maintien à assurer et se mettent enfin à jouer. Très sollicité, Benteke est à deux doigts de remettre les deux équipes à égalité mais le Belge perd son duel face à Joe Hart (27e). Peu à peu, les débats se rééquilibrent, City recule et Villa tente bien de revenir dans la partie, en vain.
Cleverley relance Villa
Dans la lignée de la fin…










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant