Manchester City, le modèle que l'élève parisien a déjà dépassé

le
0

En quart de finale de la Ligue des Champions, le PSG sera opposé à son alter-ego anglais, Manchester City. Un club récent sur l'échiquier européen qui s'est développé grâce à des moyens financiers importants. Mais le PSG a grandi bien plus vite et sera clairement favori pour ce double-affrontement.

Laurent Blanc et ses hommes ont pris l’habitude de traverser la Manche en Ligue des Champions. Dans trois semaines, c’est encore en Angleterre qu’ils joueront leur avenir. Face à Manchester City cette fois. Un club nouveau, qui découvrira à cette occasion les quarts de finale de la Ligue des Champions. Hormis le regret de jouer la manche aller au Parc des Princes, comment ne pas se satisfaire de ce tirage au sort ? Car huit ans après son rachat par un fond d’investissement d’Abu Dhabi, le club mancunien ne grandit pas aussi vite que le Paris Saint-Germain, qui disputera lui son quatrième quart de finale de rang. Pourtant, les Citizens ont longtemps été un modèle auxquels les dirigeants parisiens ont voulu ressembler. Les deux clubs partagent cette renaissance flamboyante provoquée par une manne financière importante, mais aussi l’envie d’attirer des stars et les démêlés avec l’UEFA au sujet du fair-play financier.

Manchester City tourne au ralenti

Mais là où Paris se promène en championnat, Manchester City doit faire face à une concurrence bien plus féroce en son royaume. Deux titres en 2012 et en 2014, là où le PSG vient d’en conquérir en quatrième de rang. Cette saison, les coéquipiers de Bacary Sagna sont même largués dans la course au titre, quatrièmes de Premier League, à douze points du leader Leicester. Sur la forme du moment, les Sky Blues sont clairement bons à prendre pour un PSG qui n’en finit plus d’impressionner. A peine une victoire sur les cinq dernières journées de championnat, et une défense aux abois lors des matchs de gala des dernières semaines (défaites 3-0 contre Liverpool, 2-1 contre Tottenham et 3-1 contre Leicester). Pour ne rien arranger, Manuel Pellegrini devrait être privé de son capitaine Vincent Kompany, au moins pour le match aller au Parc des Princes. Nicolas Otamendi, lui aussi sorti sur blessure contre Kiev mardi, sera rétabli.

Une somme d’individualités contre un collectif

Mais alors pourquoi Manchester City peine à franchir les étapes à la vitesse du PSG ? Parce que là où le club de la Capitale met en avant ses qualités de collectif ces derniers mois, force est de constater que les Citizens ressemblent davantage à une somme d’individualités. Mais quelles individualités ! Sergio Agüero, David Silva et Kévin De Bruyne (incertain pour le match aller) seront à surveiller de près, notamment lors du premier match au Parc en contre. Au milieu, la paire de récupérateurs Fernando-Fernandinho ne soutient pas la comparaison avec le trio du PSG, même privé de Marco Verratti. Et défensivement, sans Kompany, Mangala et Demichelis n’offrent clairement aucune garantie à ce jour. Seul point encourageant pour le dernier représentant anglais en C1 : le calendrier. Si un déplacement à Chelsea est programmé trois jours après le quart retour, la semaine européenne ne sera pas accompagnée d’un gros programme en Premier League,  puisque Manchester City rencontrera Bournemouth et West Bromwich. Des matchs néanmoins décisifs dans la course à la qualification en Ligue des Champions la saison prochaine, encore loin d’être acquise.

Le PSG, 21 ans après ?

La saison prochaine, Pep Guardiola prendra le relais de Manuel Pellegrini sur le banc mancunien. Avec pour mission première de réussir là où le Chilien a pour le moment échoué : donner une dimension européenne à un projet qui ne parvient pour l’instant pas à quitter les côtés du Royaume-Uni. Depuis Munich, l’Espagnol doit secrètement espérer que ses futurs joueurs s’arrêtent aux portes du dernier carré. Histoire que tout reste à faire au moment de son arrivée l’été prochain. Le dernier carré pourrait donc accueillir un nouveau pensionnaire (C1) ou un club qui n’a plus fréquenté ce stade de la compétition depuis la saison 1994-1995 lorsqu’il s’était fait sortir par le Milan AC. 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant