Manchester City, la peur du vide

le
0
Manchester City, la peur du vide
Manchester City, la peur du vide

Dans la roue de Chelsea depuis le début de saison, Manchester City se déplace à Stamford Bridge avec l'obligation de gagner. En cas de défaite, les Citizens seraient relégués à huit points des hommes de Mourinho. Pourtant, les coéquipiers d'Agüero n'abordent pas ce tournant sereinement. La faute à Max-Alain Gradel, entre autres.

Et si Max-Alain Gradel avait décidé malgré lui de l'issue du championnat anglais cette saison ? Auteur du but de la qualif' pour les Ivoiriens, d'une superbe frappe lointaine, l'ailier de Saint-Étienne a privé les Citizens des services de Yaya Touré et de Wilfried Bony pour le choc de ce week-end à Stamford Bridge. Une grosse épine dans le pied de Manuel Pellegrini. Preuve en est, à la nuit tombée, le jet spécialement affrété par les dirigeants mancuniens en Guinée équatoriale pour ramener les deux stars en cas d'élimination est reparti dans l'anonymat, sans passager.

En effet, devant l'importance du match, les dirigeants mancuniens avaient tout mis en œuvre pour récupérer leur deux pépites, malgré une cérémonie prévue à Abidjan par la Fédération ivoirienne, même en cas d'élimination. Il faut dire que depuis le retour de Mourinho dans l'Ouest londonien, les Citizens n'ont jamais trouvé la faille en championnat, concédant deux défaites l'an passé et un nul en début de saison à l'Etihad. Surtout, depuis le départ de Yaya Touré à la CAN, les Citizens n'ont pas remporté un seul match, avec un nul face à Everton, une défaite contre Arsenal en championnat et une piètre élimination en Cup le week-end dernier face au Middlesbrough d'Aitor Karanka... l'ancien adjoint de Mourinho au Real Madrid.
Sans Yaya, rien ne va
Au-delà des certitudes, c'est l'animation offensive qui inquiète en l'absence du géant ivoirien. En effet, face au collectif parfaitement rodé des Blues, et sublimé par les performances de la doublette Fàbregas-Mati?, ainsi que la créativité d'Hazard dans les trente derniers mètres, la paire composée par Fernandinho et Fernando fait pâle figure. En perte totale de confiance en début de saison suite au cataclysme du Mondial brésilien, le premier cité a pourtant retrouvé des sensations durant les fêtes, pesant plus sur le jeu, et marquant quelques buts précieux, comme face à Everton lors de la 21e journée. Mais s'il a prouvé l'an passé qu'il excellait dans la récupération et dans la première relance, l'ancien du Shakhtar peine toujours à faire la différence aux abords de la surface adverse, malgré un passé de milieu offensif en Ukraine.

Pour Fernando, le constat est similaire. Surnommé "la pieuvre" lors de son passage au FC Porto, le numéro 6 est lui aussi un gratteur de ballon hors pair, plutôt limité lorsqu'il s'agit de se...






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant