Manchester City et Real, sans buts mais avec sueur

le
0
Manchester City et Real, sans buts mais avec sueur
Manchester City et Real, sans buts mais avec sueur

Privée de Cristiano Ronaldo puis rapidement de Benzema et David Silva, la demi-finale aller de Ligue des champions n'a pas été spectaculaire (0-0). Mais Manchester City et le Real Madrid se sont rendus coups pour coups.

Manchester City 0-0 Real Madrid


Non, le choc entre les deux forces de frappe offensive n'a pas tenu toutes ses promesses. En même temps, il y avait une vraie excuse avec la disparition assez rapide de trois des têtes d'affiches. Juste avant le match, Cristiano Ronaldo se claque, Benzema laisse lui sa place à la mi-temps, quelques minutes après que David Silva soit sorti après avoir ressenti une douleur derrière la cuisse. Mais sans leurs principaux atouts défensifs, Madrilènes et Citizens ont proposé un match de qualité, avec une intensité folle, et une très belle agressivité défensive.

Défenseurs méchants


Dès les premières minutes, le ton est donné sur une accélération de Benzema. Le Français a beau être à quarante mètres du but adverse, à peine a-t-il pris de vitesse Otamendi que l'Argentin le tacle illico pour stopper son action. Les deux équipes, plus souvent louées pour leur jeu offensif que leur rigueur derrière, se mettent au niveau de l'enjeu. Régulièrement moqués, les Français Clichy et Sagna sont impeccables dans les couloirs. Casemiro se révèle lui être une précieuse sentinelle. Le bloc du Real Madrid reste bas, et ne laisse à De Bruyne et Agüero que l'opportunité de placer un crochet. Pas plus. Logique donc qu'il n'y ait pas la place pour voir une occasion en première période. Les héros, ce sont les centraux, qui filent de sacrés coups. Pepe sort un gros tacle sur De Bruyne, imité par Ramos qui se fait la cheville de Fernandinho. De l'autre côté, Kompany n'est pas en reste avec un coup direct dans le buste de Lucas Vazquez.

Joe Hart et Keylor Navas au top


Le quatrième central de la partie, Otamendi, est régulièrement celui qui fait tout foirer. Pas là. Dès la 46e, au contact avec Gareth Bale dans sa surface, il joue parfaitement le coup pour ne pas laisser les arbitres se faire berner par le Gallois, qui se fait un croche-patte tout seul. Il est moins irréprochable sur son contact au même endroit avec Jesé, à un quart d'heure de la fin. Il y avait sans doute penalty pour les Madrilènes mais l'ancien stoppeur de Valence a l'attitude qu'il faut pour laisser le sifflet de l'arbitre là où il est. Ça peut ne pas…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant