Manche : une ville réduit sa facture d'électricité de 75%

le
0
Manche : une ville réduit sa facture d'électricité de 75%
Manche : une ville réduit sa facture d'électricité de 75%

Il ne faut pas forcément habiter une grande ville pour connaître de grandes innovations! Quettehou (Manche), qui ne compte que 1500 habitants, est la première commune de France à s'équiper d'un système d'éclairage Harvard. Ce système, déjà très répandu en Grande-Bretagne et en Espagne, permet de gérer la quasi-totalité de l'éclairage public à partir d'un simple logiciel. Opérationnel depuis quelques jours, il devrait permettre à Quettehou de réduire sa facture d'électricité de 75%!

Sur les 288 lampadaires, souvent très énergivores, 105 ont été changés et sont désormais équipés de modulateurs. Chacun peut être piloté à distance, d'un simple clic à partir d'un ordinateur de la mairie. « On peut ajuster l'éclairage exactement en fonction des besoins, lampadaire par lampadaire. Sur un carrefour ou une zone accidentogène, on laisse un éclairage conséquent. En revanche, dans les zones où il y a peu de passage, on peut le diminuer ou le couper entre 23 heures et 4 heures », explique Gérard Bryon, coordinateur du projet chez Bouygues Energies et services.

Selon Frédéric, 42 ans, un habitant, « Cela permet d'éviter un gâchis d'électricité. On voit parfois des lampadaires allumés en pleine campagne, alors qu'il fait encore jour? C'est vraiment une bonne chose. » Le maire, Jean-Pierre Lemyre, en est évidemment convaincu : « grâce à cet investissement, nous espérons économiser 4500 ? d'électricité dès la première année, une somme loin d'être négligeable pour une commune comme la nôtre. » En général, l'éclairage public représente 48% du montant des dépenses d'électricité des collectivités locales. Cet investissement a un coût : à Quettehou, il a fallu 196000 ? pour équiper un gros tiers des lampadaires mais la commune a pu compter sur le soutien de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise d'énergie (Ademe), qui a financé la moitié de cet ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant