Manaudou, du bassin au parquet

le
0
Manaudou, du bassin au parquet
Manaudou, du bassin au parquet

Il court, il saute, il tire. Il transpire, aussi. Les jambes sont encore un peu fines, le visage forcément familier, mais sans ces quelques particularités, il ressemblerait à un apprenti handballeur comme les autres. A l'écouter, Florent Manaudou voudrait d'ailleurs l'être, cet amateur lambda. A chaque fois que quelqu'un lui parle d'objectifs, d'ambitions, lui répond qu'il veut « prendre du plaisir », et qu'il verra « où tout ça le mène ».

 

Sauf qu'à 26 ans, le multimédaillé olympique -- il a mis la natation entre parenthèses pour une durée indéterminée -- ne passe pas inaperçu dans un gymnase. Il fallait être à Aix-en-Provence, hier, pour s'en rendre compte. Dans la salle du Val-de-l'Arc, plus de 35 journalistes étaient accrédités pour assister au premier entraînement collectif de Florent Manaudou avec le Pays d'Aix université club handball (Pauc). Même pas avec l'équipe pro mais la réserve, pensionnaire de NM2 (4e division) et composée des jeunes pousses, nées pour la plupart en 1997 ou 1998.

 

« Aujourd'hui, c'est un inconnu du monde du handball que nous accueillons, un simple licencié, le 415e de la saison, plaisante le président, Christian Salomez. Mais pour le Pauc, c'est une chance incroyable, ça va être très bon pour la com du club. » Reste à voir pour le côté sportif. Depuis l'annonce de sa reconversion au sec en septembre, le n° 50 d'Aix a fait couler beaucoup d'encre. Nettement moins de sueur. Manaudou a en effet eu l'occasion de travailler un peu en individuel avec l'entraîneur Jérôme Fernandez, de participer à deux bouts de séances, guère plus.

 

« Pour eux c'était un entraînement facile, pour moi c'était dur, je n'avais pas fait de sport depuis trois mois, souriait-il hier. Je suis dans la peau du petit nouveau, j'ai beaucoup à apprendre. » Car il le sait, on ne passe pas de nageur à handballeur du jour au lendemain. « Mon corps n'a l'habitude ni de courir ni des chocs, il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant