Manaf Tlass mise sur l'armée pour préparer l'après-Assad

le
0
DÉCRYPTAGE - Ce haut-gradé de la Garde républicaine, qui a fait défection début juillet, appelle à bâtir une «nouvelle Syrie».

Le général Manaf Tlass s'écarte définitivement d'un «régime criminel et corrompu» mais il veille à préserver l'armée. Selon lui, son corps d'origine est la seule institution capable de garantir l'unité de la Syrie de l'après Bachar el-Assad. Tels sont les principaux enseignements de la première déclaration publique effectuée par ce haut gradé de la Garde républicaine et ami d'enfance du président syrien, qui a quitté Damas pour la France, il y a trois semaines.

Dans un entretien à la chaîne al-Arabya, proche de l'Arabie saoudite, le général Tlass, 48 ans, a appelé mardi soir les Syriens «à faire l'impossible pour assurer l'unité» de son pays. Il n'ignore pas les risques de chaos et de fragmentation communautaire, qui menacent le pays en cas de chute brutale du pouvoir. D'où son autre appel à bâtir «une nouvelle Syrie» en conjurant «la vengeance, l'exclusion ou le monopole».

Par là, l'officier sunnite entend éviter les règlements de comptes que la maj

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant