Man?uvres au centre pour les législatives 

le
0
L'UMP soigne les radicaux, en espérant que Borloo finisse par se rallier à Sarkozy.

Jean-Louis Borloo se donne du temps avant d'annoncer quel candidat il soutiendra à la présidentielle. Jean-François Copé, qui devait dîner lundi soir avec lui, ne doute pas que, le moment venu, l'ancien ministre choisira Nicolas Sarkozy, mais il ne veut pas le brusquer. Borloo ne doit pas perdre la face - et sa popularité avec - en ralliant trop tôt le président. Les termes du futur accord restent à définir. Borloo n'est «plus candidat à rien» et refuse de commenter les rumeurs sur son éventuelle arrivée à Paris, dans la perspective des municipales de 2014. Mais, à l'UMP, les adversaires de François Fillon trouvent l'idée intéressante.

Les autres députés radicaux ne devraient pas être inquiétés en 2012 : au bureau politique de l'UMP, Jean-François Copé a été clair : «Borloo n'est plus candidat, pas question de faire des primaires aux radicaux» aux élections législatives. «Comme en 2007, nous aurons des candidatures d'alliance dès le premier tour, a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant