Man United, le Graal du Mou

le
0
Man United, le Graal du Mou
Man United, le Graal du Mou

Il ne correspond pas au profil recherché mais il gagne. En enrôlant Mourinho, alors qu'il lorgnait plutôt du côté de son grand rival Guardiola, Manchester United a fait le pari du résultat, plutôt que du style. En attendant, le Mou revient aux affaires, dans le club qu'il a toujours rêvé de coacher. Décryptage sur ce qui ressemble au mariage de raison le plus fou de ces dernières années.

S'il a permis à Porto et l'Inter de regagner une C1 et fait de Chelsea une institution qui compte dans le gotha du football européen, José Mourinho n'en reste pas moins un pompier de luxe. Depuis quelques années le nom du Portugais est toujours associé aux gros clubs en mal de titres ou aux écuries soucieuses de franchir un cap comme le PSG. En 2010, le Special One signait ainsi au Real Madrid pour contrecarrer le Barça de Pep Guardiola. Trois ans plus tard, il devenait le Happy One en faisant son come-back à Stamford Bridge. Si ces deux dernières expériences sur un banc de touche se sont soldées par des trophées, les moyens employés pour les soulever n'ont pas franchement fait l'unanimité. Et pour cause : si ses méthodes aux allures d'électrochoc garantissent souvent des succès dès la première année, elles finissent toujours par user les institutions dans lesquels Mourinho officie. L'égo, le style de jeu déployé, les coups de sangs, les doigts dans l'œil, les polémiques avec la presse, les arbitres, voire contre ses propres joueurs et dirigeants sont venus entacher le CV d'un coach habitué à laisser en friche tous ces projets sportifs. Des cendres, justement, c'est à peu près ce qu'il reste du passage de son prédécesseur Louis van Gaal sur le banc de Manchester United. Après avoir confié la succession de Ferguson à ce loser de Moyes et parié sans succès sur les talents de formateur du pélican batave, les Red Devils ont finalement misé sur les talents de Winner du Mou pour renouer avec leur standing perdu. Un beau mariage de raison.

Lobby et montre de luxe


Cela faisait un bail que Mourinho lorgnait sur le banc de Manchester United. Persuadé d'être le successeur naturel de Ferguson, l'égo du Portugais prend un grand coup dans la gueule le 8 mai 2013, lorsqu'il apprend que le manager écossais a confié sa succession à son compatriote David Moyes. Le Special One vit alors la nomination du Chosen One comme une provocation. Moyes n'a rien gagné et, à ses yeux, n'a pas l'étoffe d'un entraîneur des Red Devils. Le Mou est d'autant plus déçu qu'Alex Ferguson n'a même pas daigné lui envoyé un message pour l'informer de sa décision. Fucking disgrace… Mourinho, qui à l'époque, achève son mandat madrilène en roue libre, décide alors d'harceler son agent Jorge…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant