Man United, la dernière quête du Roi Zlatan

le
0
Man United, la dernière quête du Roi Zlatan
Man United, la dernière quête du Roi Zlatan

C'est son dernier défi. Sa dernière épopée sur le Vieux Continent. À trente-quatre ans, Zlatan Ibrahimović s'apprête à découvrir la Premier League. Première recrue de renom de José Mourinho à Manchester United, le Suédois aura la lourde tâche de redonner de l'élan à un club ébranlé depuis trois ans.

À Manchester United, le pouvoir est un bien exclusif qui ne s'achète pas. Il se conquiert grâce à l'art et la manière de ceux prêts à écrire l'histoire. Le dernier monarque à l'avoir fait a acquis le statut de "Sa Majesté". C'était il y a trois ans. Par sa grâce naturelle et la volupté de son pied gauche, Robin van Persie hissait les Red Devils pour la vingtième fois de leur histoire sur le toit du Royaume avec vingt-six caramels claqués. Le temps l'a maintes et maintes fois prouvé. Quand United règne sans partage, c'est généralement parce qu'il compte un top-scorer de choix dans ses rangs. Le Néerlandais aujourd'hui à Fenerbahçe est ainsi le dernier chef de file d'une longue liste émérite (Berbatov en 2011, Ronaldo en 2008, Van Nistelrooy en 2003, Yorke en 1999). Conscient de cette donnée non négligeable, José Mourinho a frappé un grand coup sur le marché des transferts. Après sa première recrue Eric Bailly, le manager portugais a fait appel à un souverain suédois à la renommée internationale. Un certain Zlatan Ibrahimović.

Time to let the world know. My next destination is @ManUtd pic.twitter.com/DAK7iYlrCq

— Zlatan Ibrahimović (@Ibra_official) 30 juin 2016

Ogre insatiable sur la scène domestique


L'enfant turbulent de Malmö, qui s'est engagé pour une année (plus une autre en option), n'a pas encore mis un pied sous la grisaille de Manchester qu'il a déjà été comblé de prévenances sans pareilles. Alors qu'il se situe au crépuscule d'un parcours étoilé et qu'il affiche trente-quatre piges, Zlatan va pourtant recevoir un salaire faramineux d'après le Guardian. 280 000 euros par semaine, soit 1,125 millions d'euros par mois et 13,5 par an. C'est le prix à cracher pour s'attacher les services de l'un des attaquants les plus prolifiques sur la scène européenne depuis plus de quinze ans. Car derrière sa posture altière, son regard impavide et son arrogance assumée, Ibrahimović dégage une constante implacable : son efficacité. Au gré de ses pérégrinations…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant