Man of Stiliyan

le
0
Man of Stiliyan
Man of Stiliyan

Après avoir passé les quatre dernières années à combattre la leucémie qu'on lui avait diagnostiquée en 2013, Stiliyan Petrov est de retour dans l'équipe première d'Aston Villa. La saison prochaine, Roberto Di Matteo pourra donc compter sur celui qui vient de prouver qu'il pouvait remporter tous les combats, même les plus difficiles.

" Le club d'Aston Villa est heureux de confirmer l'intégration de Stilian Petrov à l'équipe première pour la reprise de l'entraînement. " Voilà ce qu'on pouvait lire sur le site officiel des Villans le 23 juin dernier, alors que les membres de l'équipe reléguée en Championship à la suite d'une saison catastrophique s'envolaient pour leur stage de préparation en Autriche. À première vue, cette déclaration n'a rien d'extraordinaire. Et pourtant il s'agit bien d'une des nouvelles les plus folles de ces dernières années. C'est peu dire que le footballeur international bulgare revient de loin. Atteint d'une leucémie aiguë en mars 2012, Stiliyan pensait ne plus jamais pouvoir jouer au football, ne serait-ce qu'en amateur. Après trois ans de bagarres avec une maladie qui aurait pu avoir sa peau, le voilà à quelques semaines d'endosser à nouveau le maillot claret & blue. Le véritable Man of Steel, c'est lui, Stiliyan Petrov.

Never say die


Le 30 mars 2012, les supporters d'Aston Villa, comme le reste du monde du football, sont sous le choc. Sous leurs yeux, un communiqué officiel du club : " Notre capitaine bien aimé, Stiliyan Petrov, est atteint d'une leucémie aigüe. Stiliyan avait de la fièvre après le match face à Arsenal, samedi dernier. Le docteur Ian McGuinness a livré son diagnostic après plusieurs tests. " Touché, le Bulgare ne veut pas couler. " Au début, je pensais que j'allais avoir une chimiothérapie pendant six mois et que je jouerais à nouveau rapidement ", confie-t-il au Daily Mirror, en 2014. Mais, comme souvent avec ces maladies, rien ne s'est passé comme prévu. Après une première chimio, Stiliyan est contraint de subir un nouveau traitement pendant sept mois puis prendre des cachets chaque jour pendant deux ans. " Je ne m'en doutais pas. Le médecin m'a confié qu'il n'aurait pas pu me le dire au début de mon traitement. Ça aurait été trop dur psychologiquement. Il avait raison ", explique-t-il.

Soutenu par sa femme, Paulina, celui que les Villans surnomment "Stan" s'est accroché. Souvent, comme il le confesse lui-même, le milieu de terrain s'est fait rattraper par des idées noires et des effets secondaires plus qu'indésirables. " Les médicaments m'ont fait traverser des grandes zones d'ombre. Je prenais beaucoup de stéroïdes.…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant