Mamelodi/Zamalek, une finale d'underdogs

le
0
Mamelodi/Zamalek, une finale d'underdogs
Mamelodi/Zamalek, une finale d'underdogs

Ce samedi se joue la finale aller de la Ligue des champions africaine avec une confrontation entre les Sud-Africains de Mamelodi Sundowns et les Égyptiens de Zamalek. Deux adversaires qu'on n'attendait pas forcément, pour des raisons différentes. Décryptage des forces en présence.

Mamelodi Sundowns : avec les encouragements de Rihanna


Se faire éliminer deux fois de la scène continentale et pourtant postuler au titre de champion d'Afrique, c'est une histoire un peu folle, mais qui est pourtant vraie. Elle concerne Mamelodi Sundowns, et sa présence en finale de Ligue des champions tient effectivement du petit miracle. Pour bien comprendre de quoi il retourne, il faut remonter à avril dernier, alors qu'on n'en est encore qu'au troisième tour préliminaire de la plus prestigieuse des compétitions africaines. Mamelodi a passé les deux premiers sans encombre, mais coince sur son troisième adversaire, les Congolais de l'AS Vita Club, qualifiés grâce à la règle du but à l'extérieur (victoire 1-0 en RDC, défaite 2-1 en Afrique du Sud). Sur le même modèle que ce qui se fait en Europe, les perdants de ce dernier tour préliminaire sont reversés dans la petite coupe continentale, en l'occurrence la Coupe des confédérations africaine. Mamelodi Sundowns affronte les Ghanéens de Medeama et perdent la double confrontation. Fin de parcours définitif pour le club de Pretoria sur la scène continentale en 2016 ? Que nenni ! Le 24 mai, quelques jours seulement après son élimination en Coupe des confédérations, Mamelodi apprend la disqualification de l'AS Vita Club, accusé d'avoir fait jouer un joueur non qualifié lors du tout premier tour préliminaire du tournoi.

Les Sud-Africains sont donc réintégrés en Ligue des champions et ne laissent cette fois pas passer cette chance inespérée. Ils terminent premiers de leur poule (devant… Zamalek, qu'ils battent deux fois), puis les Zambiens de ZESCO United en demi-finales (1-2, 2-0). Voilà comment "le Danemark africain", comme l'a nommé l'entraîneur Pitso Mosimane – en référence à l'Euro 92 – se retrouve à disputer une deuxième finale de Ligue des champions dans son histoire. La première, c'était en 2001 et la formation de Pretoria s'était inclinée face à un autre club égyptien, Al-Ahly. Si l'Afrique du Sud n'a que très rarement brillé sur la scène continentale avec ses clubs (une seule C1 en 1995 pour les Orlando Pirates), les "Brésiliens" de Mamelodi – référence à leurs couleurs de prédilection – envisagent l'avenir sans complexe, bien aidés par un président propriétaire milliardaire qui a fait fortune dans les mines. En…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant