Mamadou Sakho, l'après France - Ukraine.

le
0
Mamadou Sakho, l'après France - Ukraine.
Mamadou Sakho, l'après France - Ukraine.

Le "miracle Mamad'", c'était il y a très exactement un an. Depuis, rien ou presque ne s'est déroulé comme prévu. Héros de la nation, le défenseur français, torturé par la malchance, n'a toujours pas pris l'envol tant espéré. Pire, il semblerait même emprunter la trajectoire inverse des Bleus.La première fois, il se contente de courir vers le banc de son sélectionneur, en essayant de stimuler au mieux ses partenaires. La seconde, Mamadou devient totalement fou. Nous jouons alors la 71e minute de ce France – Ukraine et le grand gaillard sait qu'il vient de réaliser l'impensable. Un doublé héroïque, historique même, qui envoie l'équipe de France au Mondial brésilien, en déjouant tous les pronostics. Invité de toutes les émissions bien-pensantes, le pur Parigot devient l'emblème de ce que Didier Deschamps et la France du foot veulent voir : du cœur à l'ouvrage. Cependant, une année plus tard, alors que les Bleus gravissent, palier après palier, une pente ascendante pour tenter d'arriver jusqu'au sommet en 2016, il semblerait que Sakho emprunte, lui, la trajectoire inverse. Pendant que les Tricolores n'ont perdu qu'un seul de leurs 16 derniers matchs, il paraît au plus mal avec son club, Liverpool. Blessé, "Doumams" n'a pas foulé le moindre pré vert depuis le 23 septembre, et ne peut que regarder avec apathie son compatriote Eliaquim Mangala être de plus en plus convaincant.
"Il a été capable de se battre pour avoir sa place dans l'équipe"
Pourtant, dans sa lancée du barrage retour au Stade de France, Mamadou Sakho se fait plaisir dans le Liverpool de Brendan Rodgers. En achetant le défenseur français pour une vingtaine de millions d'euros au PSG, nombre de Scousers étaient méfiants. Seulement, le kop et toute la ville ravalent rapidement leur fierté. Sakho s'impose comme un joueur important du groupe de Rodgers. Surtout, le gamin proche des supporters qu'il était à Paris n'a pas changé en traversant la Manche. Et cela plaît à Liverpool. Indiscutable en EDF, beaucoup l'imaginaient titulaire en puissance à Liverpool. "Il a été capable de se battre pour avoir sa place dans l'équipe, affirme Rodgers quelques semaines après l'arrivée du Français sur les bords de la Mersey. J'aime son agressivité. Il veut avant tout bien défendre et ne se laisse pas surprendre au marquage. Même s'il n'a que 23 ans, Sakho a déjà joué beaucoup de matchs et possède une grande expérience. C'est quelqu'un qui va encore s'améliorer avec les années."

Mais comme trop souvent, une blessure vient freiner sa progression. Particulièrement lorsque celle-ci est couplée à une maladresse personnelle. Le 29 décembre face à Chelsea - défaite 2-1 de...



La première fois, il se contente de courir vers le banc de son sélectionneur, en essayant de stimuler au mieux ses partenaires. La seconde, Mamadou devient totalement fou. Nous jouons alors la 71e minute de ce France – Ukraine et le grand gaillard sait qu'il vient de réaliser l'impensable. Un doublé héroïque, historique même, qui envoie l'équipe de France au Mondial brésilien, en déjouant tous les pronostics. Invité de toutes les émissions bien-pensantes, le pur Parigot devient l'emblème de ce que Didier Deschamps et la France du foot veulent voir : du cœur à l'ouvrage. Cependant, une année plus tard, alors que les Bleus gravissent, palier après palier, une pente ascendante pour tenter d'arriver jusqu'au sommet en 2016, il semblerait que Sakho emprunte, lui, la trajectoire inverse. Pendant que les Tricolores n'ont perdu qu'un seul de leurs 16 derniers matchs, il paraît au plus mal avec son club, Liverpool. Blessé, "Doumams" n'a pas foulé le moindre pré vert depuis le 23 septembre, et ne peut que regarder avec apathie son compatriote Eliaquim Mangala être de plus en plus convaincant.
"Il a été capable de se battre pour avoir sa place dans l'équipe"
Pourtant, dans sa lancée du barrage retour au Stade de France, Mamadou Sakho se fait plaisir dans le Liverpool de Brendan Rodgers. En achetant le défenseur français pour une vingtaine de millions d'euros au PSG, nombre de Scousers étaient méfiants. Seulement, le kop et toute la ville ravalent rapidement leur fierté. Sakho s'impose comme un joueur important du groupe de Rodgers. Surtout, le gamin proche des supporters qu'il était à Paris n'a pas changé en traversant la Manche. Et cela plaît à Liverpool. Indiscutable en EDF, beaucoup l'imaginaient titulaire en puissance à Liverpool. "Il a été capable de se battre pour avoir sa place dans l'équipe, affirme Rodgers quelques semaines après l'arrivée du Français sur les bords de la Mersey. J'aime son agressivité. Il veut avant tout bien défendre et ne se laisse pas surprendre au marquage. Même s'il n'a que 23 ans, Sakho a déjà joué beaucoup de matchs et possède une grande expérience. C'est quelqu'un qui va encore s'améliorer avec les années."

Mais comme trop souvent, une blessure vient freiner sa progression. Particulièrement lorsque celle-ci est couplée à une maladresse personnelle. Le 29 décembre face à Chelsea - défaite 2-1 de...



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant