MAM et les complexités du Proche-Orient

le
0
La résolution et l'expertise de la ministre des Affaires étrangères ont été mises à rude épreuve.

Envoyé spécial à Amman

Michèle Alliot-Marie ne pouvait choisir terrain plus difficile que le Proche-Orient pour faire ses premières armes en diplomatie. Son image entachée par des déclarations maladroites au plus fort de la crise tunisienne - proposant l'expertise de la France pour former les forces de sécurité du régime Ben Ali juste avant sa chute -, la nouvelle ministre des Affaires étrangères a tenté de tourner la page dans un périple de quatre jours qui l'a conduite de Jérusalem à Amman en passant par Gaza et Le Caire. Elle n'a pas été épargnée par les rudesses de la région, mais du moins a-t-elle montré sa capacité de faire front dans les secousses.

Au-delà d'unspectaculaire chahut, vendredi, lors de sa visite dans la bande de Gaza - où le Hamas lui a fait payer son soutien affiché au soldat franco-israélien Gilad Shalit, retenu en otage par le mouvement islamiste depuis quatre ans -, des épisodes plus feutrés ont mis à l'épreuve sa résolu

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant