Mali: une vidéo pour une émission de téléréalité fait des remous

le
0
Mali: une vidéo pour une émission de téléréalité fait des remous
Mali: une vidéo pour une émission de téléréalité fait des remous

Une vidéo d'une sélection de candidates pour une émission de téléréalité au Mali alimente depuis quelques jours des débats dans ce pays et sur les réseaux sociaux, certains accusant ses initiateurs de faire la promotion de l'idiotie, d'autres de mettre à nu le naufrage de l'école.Les chaînes du groupe de télévision Africable, basé à Bamako, diffusent les castings de l'émission "Case Saramaya - C'est moi la plus belle" destinée, selon la société productrice Fanaday Entertainment, à "promouvoir la mode et la culture africaine". Le programme en est cette année à sa quatrième saison, a indiqué à l'AFP un responsable d'Africable joint depuis Dakar.La vidéo au centre de la polémique, diffusée la semaine dernière et dont des extraits étaient consultables jeudi sur (http://youtu.be/xCwQs4X001w), montre des candidates censées être diplômées ou étudiantes avec un bas niveau de français, la langue officielle du Mali.L'une d'elles se présente comme secrétaire de direction mais est incapable d'épeler un mot. Une autre, en faculté de médecine, parle d'"hypoglycémine" mais indique ne pas en avoir le sens "en tête"...Depuis la diffusion de l'émission, de vifs débats animent les sites maliens et les réseaux sociaux, certains accusant les promoteurs d'atteinte à l'honneur des Maliens, tandis que d'autres les saluaient pour avoir permis de mettre sous les projecteurs l'état de déliquescence de l'école malienne.Ce genre d'émission "n'apporte rien à la jeunesse et l'abrutit davantage", dénonce une internaute, tandis qu'un autre peste: "Voilà ce qui arrive quand on achète les diplômes".Sur Twitter, @AichaToure parle de "CaseSaramayaGate" et note que les réactions d'indignation de certains sont exprimées "dans un français pire que celui des candidates". @MrMaith a envoyé le lien de la vidéo au compte Twitter officiel de la présidence malienne en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant