Mali : une dizaine de combattants d'Aqmi tués par les forces françaises

le
2
Mali : une dizaine de combattants d'Aqmi tués par les forces françaises
Mali : une dizaine de combattants d'Aqmi tués par les forces françaises

Une dizaine de combattants d'Aqmi ont été tués dans la nuit de mardi à mercredi par des avions de combat et des hélicoptères français dans la vallée de l'Amettetaï, dans le nord-est du Mali, a indiqué jeudi le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Reapers, Mirage 2000 et hélicoptères Tigre

Le groupe avait été repéré par les drones Reaper acquis récemment par la France, a précisé le ministre à quelques journalistes, confirmant une information du Figaro. «Ce sont les drones que l'armée française a désormais sur place qui ont permis d'identifier ces groupes en train de manipuler des roquettes, ce qui a permis une action coordonnée avec de la chasse et des hélicoptères Tigre pour aboutir à la neutralisation d'un nombre significatif» de combattants, a-t-il dit.

Selon l'état-major des armées, l'opération combinée des Reaper, de Mirage 2000D et d'hélicoptères Tigre, a débuté mardi en fin d'après-midi et s'est achevée après des frappes aériennes environ cinq heures après. L'action conjuguée des drones, des avions et des hélicoptères français illustrent le nouveau dispositif des forces françaises dans la région. Les Reapers, qui ont repéré le groupe, sont basés à Niamey. Les avions Mirage 2000, qui sont intervenus, venaient de la base de N'Djamena et les hélicoptères Tigres de Tessalit (nord-Mali).

Selon le porte-parole de l'état-major, le colonel Gilles Jaron, la précision du renseignement fourni par les Reaper a permis d'identifier ce groupe d'une dizaine d'hommes «en possession de roquettes de 122 mm et des moyens de mise à feu de ce matériel», et qui ont procédé à «un tir de roquette». «C'est une opération assez caractéristique de ce que peut faire la force française Serval, indépendamment du volume de ses effectifs. Aujourd'hui, Serval est une force en réaction, capable d'agir très vite»,  a poursuivi le colonel Jaron.

Des groupes de jihadistes reconstitués

«Le péril ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Pienegro le jeudi 6 mar 2014 à 23:56

    Mince ça va faire quelques chance en moins pour la France!Le problème c'est qu'ils se reproduisent comme des lapins en plus aidés par nos alloc financées par les impots des frnçais!

  • M4426670 le jeudi 6 mar 2014 à 23:00

    Allez y les gars, tapez dedans!