Mali : un test électoral pour le pouvoir

le
0
Trois mois après la présidentielle et le retour à la démocratie, les législatives de dimanche peinent à mobiliser.

À peine plus de trois mois après la présidentielle, les Maliens retournent dimanche aux urnes pour élire leurs députés. Une élection qui doit parachever le retour à marche forcée du pays vers la légalité, après le coup d'État de mars 2012 et la guerre contre les mouvements islamistes. Marraine de ce processus ultrarapide et inédit, la communauté internationale se veut confiante. La France, d'abord très impliquée dans le soutien à l'organisation de scrutins, s'est faite, cette fois, discrète. «Nous n'avons pas à nous exprimer. Il y a un président élu et des institutions», dit-on à Paris. Car le succès indéniable de la présidentielle, qui a vu Ibrahim Boubacar Keïta, dit IBK, l'emporter sans accroc face à Soumaïla Cissé, n'empêche pas les questions de s'accumuler autour de ce second volet électoral, qui sonne comme un premier test pour le nouveau po...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant