Mali : un gouvernement pour mener la réconciliation

le
0
Après l'élection en août du président Ibrahim Boubacar Keïta, la nomination d'un premier ministre, puis la formation d'un gouvernement dimanche, le Mali est désormais politiquement en ordre de marche pour engager la bataille de la réconciliation nationale.

Trois jours après sa nomination, le nouveau premier ministre malien, Oumar Tatam Ly, a présenté dimanche un gouvernement de 34 membres marqué par la création d'un ministère de la Réconciliation et du Développement du Nord. C'est à un diplomate, ancien ambassadeur du Mali aux États-Unis, que revient la charge d'assurer une place aux populations touaregs du Nord malien, qui avait basculé du côté des groupes islamistes et de l'indépendance.

Dans cette tâche ardue, le ministre de la Réconciliation sera épaulé par son collègue des Affaires étrangères, Zahabi Ould Sidi Mohammed, un Arabe natif de Tombouctou et ancien d'une rébellion nordiste des années 1990. Le défi de la réconciliation, qui est celui de tou...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant