Mali : un gendarme français blessé par un tireur isolé

le
0
Mali : un gendarme français blessé par un tireur isolé
Mali : un gendarme français blessé par un tireur isolé

Un homme armé a tiré vendredi matin sur un militaire français à Bamako, la capitale malienne, le blessant légèrement à la tête et à l'épaule. C'est le premier incident de ce genre depuis le début de l'intervention de la France au Mali en janvier. Le gendarme, coopérant au profit de l'armée malienne, quittait son domicile, situé dans un complexe où vivent des militaires français, lorsque l'homme a fait feu. Le tireur a ensuite a été immédiatement interpellé. Mais sur les conditions de l'arrestation et le mobile, les avis divergent.

A Paris, le service de presse de la gendarmerie nationale a expliqué que le gendarme est parvenu avec son chauffeur «à interpeller le tireur qu'il remet à la gendarmerie malienne». Selon la police de Bamako, «l'homme a été arrêté par les voisins du coopérant et remis à la police. Il a été interrogé par les policiers et, «même s'il parle beaucoup de Dieu, on ne peut pas tout de suite conclure qu'il s'agit d'un attentat jihadiste», a indiqué l'un d'eux. Une autre source policière malienne a parlé d'un «déséquilibré» qui reprochait au gendarme d'avoir installé chez lui des antennes paraboliques «qui donnent des maux de tête».

Une source policière étrangère à Bamako a, elle, affirmé que le tireur embusqué avait été «arrêté par les forces de sécurité du Mali» estimant qu'il «y a peut-être peut-être des motivations religieuses derrière cette attaque». Selon une source des services maliens de sécurité, une «pile de livres religieux» a été découverte lors d'une perquisition au domicile du tireur.

Les forces de l'ordre maliennes ont immédiatement renforcé la sécurité autour de la cité des coopérants militaires français à Bamako, où se sont déroulés les faits.

Peur sur la ville de Kidal à la veille des législatives

Kidal, ville du nord du Mali où coexistent des groupes armés, se prépare à des législatives dimanche sous haute protection ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant