Mali : un charnier de 21 corps découvert près de Bamako

le
0
Mali : un charnier de 21 corps découvert près de Bamako
Mali : un charnier de 21 corps découvert près de Bamako

Un charnier a été découvert dans la nuit de mardi à mercredi au Mali, près de la capitale Bamako. «Nous avons découvert un charnier de 21 corps, probablement de militaires "bérets rouges", dans une fosse commune de Diago. Les corps ont été exhumés», a déclaré un responsable du ministère malien de la Justice qui a participé à l'exhumation. Une source sécuritaire malienne a confirmé cette information et indiqué «que des cartes d'identités retrouvées dans la fosse commune semblent confirmer qu'il s'agit de militaires "bérets rouges" disparus». Les "bérets rouges" étaient proches du président renversé Amadou Toumani Touré.

Cette découverte intervient une semaine après l'arrestation, l'inculpation et l'incarcération d'Amadou Haya Sanogo, auteur du coup d'Etat du 22 mars 2012 contre le président Touré qui avait plongé le Mali dans le chaos. Une quinzaine de ses proches ont également été arrêtés à sa suite, essentiellement des militaires. Selon le gouvernement malien, «pour l'instant, M. Amadou Sanogo est inculpé de complicité d'enlèvement de personnes». Une source proche du juge d'instruction Yaya Karembe chargé du dossier assure cependant qu'il a été inculpé de «meurtres, complicité de meurtres, assassinats, enlèvement de personnes et complicité d'enlèvement».

Le charnier proche de l'ex-quartier général de Sanogo

A 500 mètres de l'endroit où le charnier a été découvert, non loin de l'ex-quartier général de Sanogo et ses hommes situé à Kati (15 km de Bamako), les forces de sécurité empêchaient ce mercredi l'accès du lieu à la presse et aux curieux. «Nous avions des indices peu avant l'inculpation de Sanogo. L'endroit était connu (...) car depuis trois semaines, les ex-compagnons de Sanogo avaient donné des informations précises sur le charnier», explique un proche collaborateur du juge d'instruction Yaya Karembe qui a inculpé le général Amadou ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant