Mali : un Casque bleu tué par des tirs à Bamako

le
0
Mali : un Casque bleu tué par des tirs à Bamako
Mali : un Casque bleu tué par des tirs à Bamako

La situation reste très chaotique à Bamako, la capitale du Mali, en guerre depuis 2012. Un Casque bleu de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) a été tué et un autre grièvement blessé par des tirs d'assaillants non identifiés dans la nuit de lundi à ce mardi. Ils sont originaires du Bangladesh.

«Des hommes armés que nous n'avons pas encore identifiés ont tiré dans la nuit de lundi sur deux Casques bleus qui étaient à bord d'un véhicule de l'Onu. L'un des deux a été tué, l'autre grièvement blessé. Ce forfait doit être qualifié d'acte terroriste. Les auteurs sont les ennemis de la paix», a déclaré une source de sécurité. Les deux Casques bleus venaient de l'aéroport de Bamako en direction du sud de la ville quand ils ont essuyé les tirs d'assaillants à bord d'un véhicule.

Depuis trois ans, le Mali fait face à un conflit. Le nord du pays est tombé au printemps 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda après la déroute de l'armée face à la rébellion, d'abord alliée à ces groupes avant qu'ils ne l'évincent. Bien que les jihadistes aient été dispersés et en grande partie chassés de cette région par l'opération Serval, lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France et relayée depuis août 2014 par l'opération Barkhane (dont le rayon d'action couvre l'ensemble du Sahel) des zones entières échappent encore au contrôle des autorités.

Tensions entre l'Onu et le président malien

Régulièrement frappée par des attaques dans le nord du Mali depuis son déploiement en juillet 2013, la Minusma a essuyé la semaine dernière la première attaque la visant directement à Bamako. Un homme armé avait tenté d'incendier un véhicule garé devant une résidence de personnels de la Minusma, blessant un gardien et causant des dégâts matériels. La Minusma avait alors rappelé la responsabilité des autorités maliennes «d'assurer la sécurité de son personnel, notamment à Bamako». ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant