Mali-Roquettes tirées sur un camp militaire, un casque bleu tué

le
0

(Actualisé avec nationalité du casque bleu tué, précisions) * Un camp de l'Onu à Kidal touché par six à huit roquettes * Un soldat sénégalais tué dans l'attaque BAMAKO, 8 octobre (Reuters) - Un casque bleu sénégalais a été tué mardi à Kidal dans le nord du Mali lors de l'attaque à la roquette d'un camp militaire où sont cantonnés des soldats français et la force de maintien de la paix de l'Onu, ont annoncé la Mission des Nations unies pour la stabilisation du Mali, la Minusma et la télévision sénégalaise. Les auteurs de l'attaque n'ont pas été identifiés mais les insurgés islamistes, toujours actifs dans le nord du Mali, ont intensifié leurs attaques contre les forces étrangères ces dernières semaines. Neuf soldats de la Minusma ont été tués dans une embuscade vendredi dernier. ID:nL6N0RY2LA Olivier Salgado, porte-parole de la Minusma, a déclaré que six à huit roquettes avaient été tirées sur le camp et qu'un casque bleu avait été tué. Il n'a pas précisé la nationalité de la victime. La télévision sénégalaise, reprenant un communiqué de l'armée sénégalaise, a précisé que le casque bleu tué était l'un des 845 hommes du contingent sénégalais déployé au Mali dans le cadre de la Minusma. Les rebelles islamistes et séparatistes, qui s'étaient emparés du Nord malien en profitant du vide du pouvoir créé par un coup d'Etat dans la capitale Bamako au printemps 2012, ont été chassés par les forces françaises de l'opération Serval début 2013. La Minusma s'est déployée à l'été 2013, prenant le relais d'une force africaine, la Misma, et des élections ont eu lieu. Mais il y a eu ces derniers mois une nette augmentation des attaques alors que la France prenait du recul en se réorganisait au niveau régional avec le dispositif Barkhane et que l'armée malienne était contrainte de retirer ses troupes de la région de Kidal en mai après une tentative manquée de reprise de la ville aux rebelles touaregs. ID:nL6N0OC00N Depuis, seuls les soldats de la Minusma et quelques militaires français sont basés là-bas. S'exprimant à Bamako mardi dans la journée, le responsable des opérations de maintien de la paix de l'Onu, Hervé Ladsous, avait déclaré que la réduction de la présence militaire française et l'absence de l'armée malienne dans la région contribuaient au regain d'activité des insurgés. Il a aussi cité l'instabilité dans le Sud libyen comme autre facteur ayant contribué à la réactivation des "djihadistes" qui, a-t-il ajouté, se sont "sans aucune doute" réarmés. (Adama Diarra anet d Joe Penney avec Bate Felix, David Lewis et Diadie à Dakar; Eric Faye et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant