Mali : pourquoi les Touareg se rebellent

le
0
Le chef touareg Shindouk Ould Najim.
Le chef touareg Shindouk Ould Najim.

Si le Mali a été propulsé sur le devant de la scène internationale en janvier 2013, à la faveur de l'opération Serval, le pays a peu à peu disparu des journaux hexagonaux à mesure que s'enchaînaient les succès de l'armée française. Les violences n'ont pourtant pas cessé. Le Nord, que la France a libéré au début de l'année, est de nouveau le théâtre de combats. Cette fois, ce ne sont plus les djihadistes mais des rebelles touareg indépendantistes qui affrontent les soldats maliens. Leur lutte est vieille comme le Mali, État qui a gagné son indépendance en 1960.

Mais que sait-on exactement de ce pays d'Afrique de l'Ouest aux innombrables cultures ? Comment en est-on arrivé à cette guerre ? Shindouk Ould Najim, un chef touareg malien, témoigne des multiples facettes du Mali dans Je reviendrai à Tombouctou*. Né en 1961, au lendemain de l'indépendance du pays, ce chef touareg appartient aux Ould Najim, une tribu berbère de 1 500 membres originaire du sud du Maroc. Spécificité nomade

Spécialisés dans le transport du sel à travers le Sahara, les Ould Najim ont été amenés à migrer dans la région de Tombouctou, où ils se sont intégrés, au fil du temps, aux tribus touareg locales (peuple berbère du Sahara). "Berbères, Arabes et Touareg. Nous sommes les trois à la fois", explique Shindoukh dans Je reviendrai à Tombouctou. "Les réalités africaines sont souvent compliquées." Enfant, Shindouk parcourt avec son père...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant