Mali : nouvelle opération de l'armée française contre des membres d'Aqmi

le
0
Mali : nouvelle opération de l'armée française contre des membres d'Aqmi
Mali : nouvelle opération de l'armée française contre des membres d'Aqmi

Une opération militaire ponctuelle a été menée dans la nuit de mercredi à jeudi dans le désert malien, lors de laquelle des armes ont été saisies et des membres d'Aqmi «neutralisés», a annoncé l'amiral Edouard Guillaud, chef d'état-major des armées (CEMA).

Interrogé jeudi matin par Europe 1 sur la situation dans ce pays, le haut responsable a relevé que les opérations militaires «ne sont pas encore terminées». Edouard Guillaud a ainsi apporté des précisions : «Cette nuit même, à 2 h 30 du matin, nous avons mené une opération spéciale contre un pick up dans le désert, à à peu près 200-250 kilomètres à l'ouest de Tessalit, donc en plein milieu du désert, où nous avons neutralisé un certain nombre de gens d'Al-Qaïda». L'opération, a relevé l'officier général, «continue et maintenant nous récupérons le matériel qui va -parler- d'une certaine façon».

Une opération qui était prévue ? «Non», a répondu l'amiral Guillaud. «Nous agissons de deux façons, soit sur de grosses opérations comme il y a 15 jours avec Hydre, où nous sommes en chasse», soit sur «réaction sur des tas de renseignements, dont beaucoup viennent de la population», a-t-il dit.

Au Mali, «ce n'est pas fini»

Au Mali, «ce n'est pas fini», même si «le niveau de violence a énormément baissé» et si depuis l'intervention française en janvier, «nous avons fait des avancées phénoménales», a-t-il relevé. «Nous travaillons aussi bien avec les pays voisins, Niger, Burkina Faso, éventuellement Tchad et nous coopérons aussi avec l'Algérie» de façon qu'il «n'y ait pas de sanctuaire», explique aussi l'amiral Guillaud.

Interrogé sur l'assassinat des deux journalistes de RFI près de Kidal, il a renvoyé à la conférence de presse, mercredi, du procureur chargé de l'enquête et a assuré que «tout pointe vers al-Qaïda». «Nous fournissons tout le soutien nécessaire» aux enquêteurs sur place «et nous ferons tout ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant