Mali : libération d'une trentaine d'otages des rebelles touareg

le
0
Mali : libération d'une trentaine d'otages des rebelles touareg
Mali : libération d'une trentaine d'otages des rebelles touareg

Les 32 fonctionnaires retenus depuis trois jours en otages par des rebelles touareg dans leur fief à Kidal (extrême nord-est du Mali) ont été libérées lundi soir. «Ils (ne) se portent pas mal. Deux sont très fatigués», a déclaré un responsable de la mission onusien au Mali (Minusma).

La France avait réclamé lundi «la libération immédiate» de la trentaine d'otages détenus par des groupes armés au siège du gouvernorat de Kidal, condamnant les «violences inacceptables» qui ont fait des dizaines de morts samedi dans cette ville du nord du Mali, où se sont affrontés rebelles touareg et armée malienne.

Bamako a réagi en envoyant  à Kidal 1500 soldats depuis dimanche. Un «chiffre, qui sera revu à la hausse dans les prochaines heures», a précisé lundi soir une source militaire malienne. D'autres sources avaient annoncé l'arrivée dans cette ville à 1.500 km au nord-est de Bamako de renforts militaires maliens, sans avancer de chiffre.

Hollande a téléphoné à Keïta

Le président français François Hollande avait «appelé à la libération immédiate et sans condition du gouvernorat de Kidal et des otages qui y sont détenus», lors d'un entretien téléphonique avec son homologue malien Ibrahim Boubakar Keïta, selon un communiqué de l'Elysée. Il lui avait fait part de la «solidarité de la France suite à l'assassinat de plusieurs représentants de l'Etat malien à Kidal» et avait demandé que «toute la vérité soit faite sur ces meurtres et sur les violences inacceptables commises en marge de la visite du Premier ministre malien à Kidal», selon le communiqué.

Des soldats maliens et des combattants de groupe armés se sont affrontés samedi en marge d'une visite du Premier ministre malien Moussa Mara à Kidal, fief de la rébellion touareg dans le nord du Mali, faisant 36 morts, dont huit militaires, selon Bamako. Une trentaine de personnes, dont le directeur régional de Kidal, un préfet, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant