Mali : les soldats français passeront de 2 500 à 1 600 mi-février

le
0
Mali : les soldats français passeront de 2 500 à 1 600 mi-février
Mali : les soldats français passeront de 2 500 à 1 600 mi-février

«L'essentiel de la mission a été accompli», selon François Hollande. Sans surprise, le chef de l'Etat a annoncé que les soldats de l'opération Serval au Mali passeraient de 2 500 à 1 600 à la mi-février, lors de ses voeux aux armées, ce mercredi soir à Creil (Oise). «Les effectifs passeront de 2 500 à peu près aujourd'hui à 1 600, puis ils déclineront jusqu'à 1000», a-t-il détaillé. Et de souligner : «Nous avons maintenant la situation bien en main».

Le président a également dressé un bilan positif de la mission, estimant qu'elle avait été «un succès reconnu» par les Maliens, mais également «l'ensemble de la communauté internationale». Lancée en janvier 2013, l'opération Serval consistait à déployer près de 2500 militaires français dans ce pays d'Afrique de l'Ouest. L'objectif : aider les forces armées maliennes à stopper la progression des groupes terroristes. Les combats font rage à l'époque, principalement dans le nord. Ils opposent l'armée régulière aux rebelles Touaregs du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) et à ceux du mouvement salafiste Ansar Dine, affiliés à d'autres groupes islamistes.

La stratégie de «contre-terrorisme» dans la bande sahélienne

Si la mission est «en train de s'achever», comme l'a indiqué François Hollande ce mercredi soir, les autorités françaises ne sous-estiment pas le risque terroriste persistant sur place. Ainsi, selon le Chef de l'Etat, le bataillon de 1000 soldats restant au Mali «sera le niveau nécessaire pour faire face à toute menace qui pourrait resurgir, car les groupes terroristes sont encore présents au Nord-Mali».

Ces derniers mois, les Français ont même accentué leur combat contre les extrémistes dans la bande sahélienne. Leur cible : Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb) et leur principale proie : Mokhtar Belmokhtar, à l'origine de l'attentat en Algérie. Ces dernières semaines, les soldats français ont intensifié la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant